Tunisie: Trois soldats tués dans une embuscade
Actualisé

TunisieTrois soldats tués dans une embuscade

Trois soldats tunisiens ont été tués mardi et six autres blessés dans une embuscade dans la région de Kasserine, une zone d'activité de jihadistes armés dans le centre-ouest du pays.

1 / 139
07.04.2015 La région de Kasserine, frontalière de l'Algérie, est le théâtre de heurts armés réguliers entre des jihadistes et les forces tunisiennes. Mardi, trois soldats tunisiens y ont été tués et six autres blessés dans une embuscade.

07.04.2015 La région de Kasserine, frontalière de l'Algérie, est le théâtre de heurts armés réguliers entre des jihadistes et les forces tunisiennes. Mardi, trois soldats tunisiens y ont été tués et six autres blessés dans une embuscade.

Keystone
AFP/Fethi Belaid

«Trois soldats sont morts en martyrs et six blessés dans une embuscade contre une patrouille militaire à Sbeïtla, selon le porte-parole du ministère de la Défense», a annoncé la télévision nationale Wataniya 2 sur un bandeau s'affichant à l'écran. Un précédent bilan faisait état de deux morts et trois blessés.

Le ministère de la Défense était injoignable dans l'immédiat et aucune indication n'a été donnée sur les circonstances de l'embuscade. La région de Kasserine, frontalière de l'Algérie, est le théâtre de heurts armés réguliers entre des jihadistes et les forces tunisiennes. Depuis décembre 2012, une soixantaine de policiers, gendarmes et soldats ont ainsi été tués dans des embuscades où des explosions de mines.

Le groupe armé actif dans la région est la Phalange Okba Ibn Nafaa liée à Al-Qaïda et qui, selon les autorités, est aussi responsable de l'attaque sanglante contre le musée du Bardo le 18 mars à Tunis. C'est pourtant un autre groupe, lié lui à l'organisation Etat islamique (EI), qui a revendiqué l'attentat.

La Tunisie a annoncé fin mars avoir tué l'Algérien Abou Sakhr, l'homme qu'elle considérait comme le chef de Okba Ibn Nafaa.

(afp)

Ton opinion