Football – Angleterre : Trois versions du départ de Wenger en une journée
Publié

Football – Angleterre Trois versions du départ de Wenger en une journée

A la veille de sa demi-finale d'Europa League, jeudi soir contre l'Atlético Madrid, Arsenal a semé la confusion quant à la rupture de contrat à venir avec son coach.

par
duf

C'est une certitude, Arsène Wenger passera la main derrière le banc d'Arsenal à la fin de la saison en cours, après 22 ans de bons, longs et loyaux services. Ce qui n'est pas tout à fait clair, en revanche, c'est qui a véritablement pris la décision d'arrêter l'aventure de l'entraîneur alsacien à la tête de la première équipe du club londonien.

Mercredi, la confusion s'est encore intensifiée après la conférence de presse tenue dans le cadre de la demi-finale d'Europa League. Les Gunners reçoivent l'Atlético Madrid jeudi soir (21h05, en direct commenté sur notre site et nos applications mobiles) pour le match aller. Un journaliste présent à Londres en a profité pour demander à Wenger pourquoi il allait quitter Arsenal malgré un contrat valable encore une année.

«Le timing n'était pas vraiment ma décision», a lâché le manager historique, suggérant qu'il avait été poussé vers la sortie. Un peu plus tard, le club a tenté de clarifier les propos de son futur ex-coach en transmettant une déclaration officielle: «Le boss (ndlr: Arsène Wenger) a demandé que son commentaire sur le timing soit éclairci. Il concernait l'annonce de la décision (ndlr: son départ du club), pas la décision elle-même.»

Une clarification qui brouille encore plus le message

Moins de quarante minutes plus tard, le service de communication des Gunners a toutefois réussi à proposer une troisième version de l'histoire via les réseaux sociaux. On pouvait y lire une déclaration attribuée à Wenger lui-même: «Après avoir trouvé une entente concernant mon départ, j'étais heureux de laisser le club décider du moment où l'annoncer. J'aimerais que ce soit clair que le timing de l'annonce était le bon.»

De quoi jeter un certain malaise sur la situation actuelle du club. Et sans doute pas la meilleure façon de préparer sereinement une demi-finale d'Europa League.

Durant la même conférence, Wenger a également évoqué sa succession, qui n'a pas encore été officialisée. Il lui a notamment été demandé si Arsenal devrait prendre un risque en attribuant le poste de manager à un candidat encore peu décoré, comme c'était son cas lors de son arrivée en 1996. «Je prendrais le problème dans l'autre sens, a répondu l'Alsacien de 68 ans. Le club doit prendre la bonne décision, même si celle-ci est risquée. Ce n'est pas exactement la même chose et c'est ce que je souhaiterais, personnellement. Et si c'est un ancien joueur qui connaît la maison, c'est encore mieux», a-t-il ajouté, en référence aux rumeurs annonçant la venue de Mikel Arteta ou Patrice Vieira derrière le banc. «Je n'influence pas le choix, mais je le soutiendrai, a conclu Wenger».

Ton opinion