Actualisé 08.07.2014 à 20:06

Cyclisme

Trois victoires en quatre étapes pour Kittel

Vainqueur à Villeneuve d'Ascq au terme de la 4e étape, il a déjà signé son troisième succès depuis le départ.

Marcel Kittel (Giant-Shimano) est insatiable dans le Tour de France 2014. Vainqueur à Villeneuve d'Ascq au terme de la 4e étape, il a déjà signé son troisième succès depuis le départ.

Le puissant Allemand est bien le nouveau roi du sprint. Déjà victorieux samedi lors de la 1re étape à Harrogate et lundi à Londres lors de la 3e, «Magic Marcel» a encore été le plus rapide lors de l'emballage final de la 4e étape, qui marquait le retour de la course en France et qui a mené le peloton du Touquet à Villeneuve d'Ascq, dans la banlieue de Lille, sur 164 km.

Souverain la veille sur le Mall tout près de Buckingham Palace, Kittel a cette fois été menacé. Il s'est imposé de peu devant le Norvégien Alexander Kristoff, vainqueur en mars de Milan - San Remo, et le champion de France Arnaud Démare.

Content mais fatigué

«Je suis très content mais je suis très fatigué», a déclaré Kittel. «C'était difficile de rester ensemble dans le dernier kilomètre. C'était compliqué dans le dernier virage. Je ne savais pas trop où étaient les autres. Cela a été très dur, c'était vraiment très serré,» a encore dit l'Allemand de 26 ans, qui a enlevé son septième succès dans le Tour (3e participation), et son dixième bouquet depuis le début de la saison.

Arrivé dans le premier peloton, l'Italien Vincenzo Nibali (Astana) a conservé le maillot jaune de leader. Il compte 2'' d'avance sur Peter Sagan (Slq) ainsi que de plusieurs autres coureurs, dont le Suisse Michael Albasini.

Froome au tapis

L'étape a été marquée en son début par la chute du vainqueur 2013, Christopher Froome (Sky). Le Britannique a été contusionné sur le côté gauche. Il se plaignait aussi de douleurs aux poignets. Vite debout après avoir fait connaissance avec le bitume, il a été soigné par le médecin-chef du Tour, Florence Pommerie.

Cette chute, qui s'ajoute à celle du Dauphiné en juin et à divers ennuis de santé en début de saison, pourrait avoir de lourdes conséquences. «On a eu très peur comme tout le monde», a déclaré le directeur sportif de Froome, Nicolas Portal. «Mais j'ai discuté avec lui, ça a l'air d'aller. Il a dû chuter lourdement, mais ça va... On lui a placé une attelle, on prend un maximum de précautions.»

Le Français Thomas Voeckler a mené dès le départ une longue échappée, commencée avec l'Espagnol Luis Maté, et poursuivie seul à 55 kilomètres de l'arrivée. L'ex-maillot jaune des Tours 2004 et 2011 a été repris à moins de 20 kilomètres du but. «J'avais envie de me dégourdir les jambes, de débloquer le compteur comme on dit», s'est amusé Voeckler. «Mais on ne sait jamais ce qui peut se passer.»

Le Luxembourgeois Andy Schleck, vainqueur du Tour 2010, a jeté l'éponge avant le départ, suite à sa chute de la veille (genou droit).

Mercredi, la 5e étape s'annonce compliquée pour les coureurs, entre Ypres et Arenberg (155,5 km). Il y rencontreront en effet les fameux pavés du Nord, pour une sorte de mini Paris-Roubaix. Fabian Cancellara, trois fois vainqueur de la célèbre classique printanière, espère obtenir un nouveau succès. Quant à Froome, il risque de souffrir sur les pavés.

(ats)

Froome au départ

Chris Froome prendra le départ de la 5e étape du Tour de France mercredi à Ypres, a annoncé mardi le manager de l'équipe Sky Dave Brailsford après que le tenant du titre a passé des examens qui n'ont révélé aucune fracture aux poignets. «On a passé les examens et on est rassuré. Il sera au départ demain», a déclaré Brailsford.

Froome a chuté dans les premiers kilomètres de la 4e étape mardi, s'éraflant le côté gauche et se plaignant de douleurs aux poignets. Il avait terminé l'étape avec une attelle sur le poignet gauche.

«Demain (mercredi), il aura probablement un peu mal, mais autrement il est plutôt en bonne condition. Il est juste râpé partout. C'est lui, avec la douleur ou pas, qui verra», a indiqué le médecin du Tour de France, Fmorence Pommerie, après les radios passées par le coureur.

Cette chute et ces blessures tombent au plus mauvais moment pour le Britannique, à la veille de la très redoutée 5e étape avec huit secteurs pavés qui devraient être parcourus sous la pluie.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!