Fribourg - Trois voleurs de troncs d’église arrêtés

Publié

FribourgTrois voleurs de troncs d’église arrêtés

Trois hommes entre la quarantaine et la cinquantaine ont été interpellés par la police fribourgeoise avec des dispositifs conçus pour aspirer l’argent des troncs d’église.

Les vols de troncs d’église sont monnaie courante dans les lieux de culte.

Les vols de troncs d’église sont monnaie courante dans les lieux de culte.

afp

La police fribourgeoise a arrêté, mercredi, trois personnes fortement soupçonnées d’avoir volé des troncs
d’église. «Dans le premier cas, les policiers ont été attirés par le comportement suspect des occupants d’une voiture, immatriculée hors canton, qui s’étaient rendus dans les églises paroissiales de La Roche, Estavannens et Le Pâquier avant de quitter la région», indique le porte-parole Bertrand Ruffieux. Il s’agit de deux hommes de 45 et 54 ans qui ont été interpellés à Vaulruz avec plusieurs centaines de francs en leur possession.

Le troisième voleur présumé est un homme de 56 ans suspecté d’avoir sévi à l’église du Christ-Roi, à Fribourg. Il a été interpellé dans la capitale cantonale par une patrouille. Il détenait quelques dizaines de francs.
«Des dispositifs bricolés permettant de soutirer l’argent hors des troncs d’église ont été trouvés sur les auteurs présumés», indique la police. Les trois voleurs ont été dénoncés puis libérés au terme de leur détention provisoire.

Témoignage d’un concierge

Concierge dans une église fribourgeoise, Gustave* constate que les vols de troncs d’église sont devenus monnaie courante ces dernières années. «Les voleurs utilisent souvent une tige avec une colle double face des deux côtés. Moi, je mets un papier au fond du tronc. Dès que quelqu’un tire, je peux savoir s’il y a eu vol», explique Gustave. D’ailleurs, dans son église, pour amoindrir les chances de butin des voleurs, Gustave vide les troncs deux à trois fois par jour.

Selon lui, les malfrats s’intéressent également aux bougies d’autel. Il y a quelques années, Gustave a permis d’en démasquer un. «C’est quelqu’un qui venait régulièrement. Il était au-dessus de tout soupçon. Un jour, il croyait être seul dans l’église mais j’étais planqué», rigole Gustave. En guise de preuve, le concierge a pris une photo du voleur en train de sévir. «Il a été arrêté par la police», ajoute-t-il.
*Prénom d’emprunt

Troncs «sans contact» pour don numérique

Empêcher les voleurs de troncs d’église de sévir et augmenter les recettes du lieu de culte grâce à un dispositif pour cartes bancaires. De l’Italie à la France, le bon vieil austère coffre de bois est muni d’un clavier permettant d’inscrire le montant du don. En France, une app permet aux fidèles de verser de l’argent en numérique. Pour rappel, l’Église évangélique International Christian Fellowship (ICF) de Zurich accepte les paiements en bitcoins.

 

(apn)

Ton opinion