Actualisé 12.02.2013 à 16:27

Corée du NordTroisième essai nucléaire pour Pyongyang

La Corée du Nord a confirmé avoir procédé mardi à un troisième essai nucléaire, «avec succès», ce qui a déclenché l'ire de plusieurs dirigeants.

La Corée du Nord a utilisé un engin miniaturisé pour cette opération qu'elle a présentée comme une réponse à «l'hostilité» des Etats-Unis. Le secrétaire général de l'ONU, la Corée du Sud, la Russie et le Japon ont immédiatement condamné l'opération.

«Un troisième essai nucléaire a été mené avec succès», a annoncé l'agence officielle KCNA. «Ce test nucléaire de haut niveau, avait, contrairement à ceux du passé, plus de puissance explosive et a utilisé un engin miniaturisé et plus léger», a précisé KCNA.

La conduite de l'essai souterrain, le troisième après ceux de 2006 et 2009, a été confirmée par un conseiller de la présidence sud-coréenne, qui a immédiatement convoqué une réunion de son Conseil de sécurité nationale. Le Gouvernement japonais a fait de même. La Russie a également condamné l'essai.

L'armée sud-coréenne a relevé son niveau d'alerte et Séoul, qui assure la présidence tournante, a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu à 14h00 GMT, indique Yonhap. Des diplomates ont confirmé que le Conseil de sécurité allait tenir une réunion d'urgence sur cette question dans la journée de mardi.

«Déstabilisateur»

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a de même condamné l'essai nord-coréen, qui est «profondément déstabilisateur». «C'est une violation claire et grave des résolutions du Conseil de sécurité», a-t-il indiqué.

L'utilisation d'un engin miniaturisé est source d'inquiétude pour les puissances internationales, car elle laisse entendre que Pyongyang maîtrise désormais la délicate technologie permettant de fabriquer une bombe suffisamment petite pour être fixée sur une ogive.

Jusqu'à présent, l'incertitude demeurait sur la capacité du régime communiste à développer une tête nucléaire pour missile à longue portée.

Si Pyongyang est effectivement parvenu à mettre au point une bombe miniaturisée, la donne serait radicalement changée. D'autant que le Nord a réussi début décembre à envoyer dans l'espace une fusée, progrès significatif dans sa technologie balistique.

«Le test nucléaire a été mené dans le cadre de mesures visant à protéger notre sécurité nationale et souveraineté contre l'hostilité incessante des Etats-Unis, qui ont violé le droit de notre république à mener des lancements pacifiques de satellite», a ajouté KCNA. (ats)

Réactions mondiales

Les réactions ne se sont pas fait attendre. La communauté internationale a condamné l'essai nucléaire de la Corée du Nord.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a plaidé pour de nouvelles sanctions de l'ONU contre ce pays, dans un communiqué. La Chine a appelé son allié à se conformer à ses obligations internationales et à ne prendre aucune mesure de nature à détériorer la situation dans la péninsule coréenne. La Suisse se déclare disponible pour «contribuer aux efforts de paix dans la péninsule coréeenne».

d'euros - d'amende par l'Autorité des services financiers (FSA) britanniques pour des manquements lors de la vente d'un fonds de l'américain AIG à des clients.

UBS avait fait investir entre décembre 2003 et septembre 2008 près de 2.000 clients fortunés dans ce fonds, avec un investissement initial totalisant environ 3,5 milliards de livres.

Mais de nombreux investisseurs ont souhaité retirer leur mise lors de la chute des marchés pendant la crise financière de 2007 et 2008 et en ont été empêchés, le fonds en question ayant été suspendu.

La FSA a enquêté sur un échantillon de 33 clients et a conclu que 19 d'entre eux avaient été victimes d'une vente abusive et que douze autres étaient susceptibles de l'avoir été.

UBS a accepté de dédommager les clients concernés, pour un montant estimé à près de 10 millions de livres, selon la FSA.

L'autorité britannique reproche à la banque suisse des manquements «graves» dans cette affaire et notamment d'avoir mal informé ses clients, mal évalué les risques liés au fonds et de ne pas avoir pris les mesures nécessaires au moment de la crise.

Pour les Etats-Unis, la Corée du Nord constitue une «menace sérieuse». Le Canada dénonce une «attitude irresponsable», un «signe de provocation» et une «grave menace pour la stabilité et la sécurité de la région».

L'Iran a estimé qu'«aucun pays» ne devait posséder d'arme atomique. «Nous devons arriver au point où aucun pays ne possède d'arme nucléaire et où toutes les armes atomiques et de destruction massive sont détruites» a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne, Ramin Mehmanparast.

Plusieurs kilotonnes

Le renseignement américain a indiqué mardi matin que Pyongyang avait «probablement» conduit un essai nucléaire de «plusieurs kilotonnes».

«La Corée du Nord a probablement effectué un essai nucléaire souterrain dans le voisinage de P'unggye le 12 février 2013», affirme dans un communiqué le Bureau du directeur du renseignement national américain, précisant que «la puissance de l'explosion était environ de plusieurs kilotonnes».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!