Ukraine: Trolleybus bombardé: treize morts
Actualisé

UkraineTrolleybus bombardé: treize morts

Treize personnes ont été tuées jeudi matin à Donetsk (est de l'Ukraine) quand un trolleybus a été touché par un obus dans un quartier jusqu'à présent relativement épargné par les combats.

1 / 901
14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

Reuters
03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

Keystone
20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

epa/Roman Pilipey

«Douze personnes ont été tuées dans le trolleybus et une autre se trouvait dans une voiture qui passait à proximité», a précisé un représentant des Services d'urgence de la ville, bastion des rebelles séparatistes prorusses.

Mercredi soir, un bombardement dans le quartier proche de l'aéroport de Donetsk a déjà fait un mort dans un autobus, lui aussi touché par un obus, a indiqué un responsable de la mairie de la ville, Ivan Prikhodko. L'aéroport de Donetsk est l'épicentre des combats entre forces ukrainiennes et rebelles.

Le 14 janvier, un bombardement contre un barrage de l'armée ukrainienne près de Volnovakha (est) avait là encore touché un autobus, faisant douze morts, tous des civils. Kiev et les rebelles se sont accusés mutuellement d'être à l'origine du bombardement.

Position abandonnée à l'aéroport de Donetsk

Les troupes de l'armée ukrainienne ont abandonné le nouveau terminal de l'aéroport de Donetsk, la principale position depuis laquelle elles combattaient les forces séparatistes prorusses, a annoncé jeudi un porte-parole militaire ukrainien.

«En raison des tirs venant de toutes les directions, il a été décidé la nuit dernière de quitter le nouveau terminal», a déclaré le porte-parole Vladislav Selezniov lors d'une conférence de presse, en précisant que «les combats» se poursuivaient autour de l'aéroport. «Dix soldats ont été tués durant les dernières 24 heures dans l'Est», a-t-il par ailleurs indiqué. L'aéroport de Donetsk était le théâtre de combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes depuis mai.

Offensive prorusse

Les séparatistes prorusses, qui occupaient une partie des bâtiments, avaient lancé une offensive le 15 janvier pour tenter de s'emparer des dernières positions ukrainiennes, défendues par ceux que les Ukrainiens surnomment les «cyborgs». L'armée ukrainienne avait affirmé dimanche avoir repoussé cette attaque grâce notamment à des renforts de chars.

«L'aéroport était et demeure une ligne de front. Nous avons échoué à garder le contrôle des ruines du nouveau terminal durant six jours. Et les gars au rez-de-chaussée, les cyborgs... Ils sont faits de chair et de sang. Avant-hier (mardi), ils ont atteint leurs limites», a écrit un conseiller du président Porochenko, Iouri Birioukov sur sa page Facebook.

«Nous avons perdu l'aéroport»

Andriï Biletski, commandant du bataillon Azov, une unité de l'armée ukrainienne, avait affirmé un peu plus tôt sur sa page Facebook: «Nous avons perdu l'aéroport. C'est stupide, méchant et une trahison de négocier maintenant. Après une défaite, on ne peut pas espérer une armistice sur de bons termes. Il n'y a rien de plus humiliant et idiot que d'attendre la pitié de l'ennemi», ajoutait-il.

Ces événements interviennent alors que les ministres des Affaires étrangères ukrainien, russe, français et allemand ont appelé mercredi dans la soirée à la fin des hostilités et à un retrait des armes lourdes, à l'issue d'une réunion à Berlin. (ats/afp)

Les rebelles exhibent devant la foule des prisonniers ukrainiens

Une vingtaine de soldats ukrainiens, prisonniers des rebelles séparatistes prorusses, ont dû défiler sous les quolibets de la population depuis l'aéroport de Donetsk jusqu'au lieu où le bombardement d'un trolleybus a fait treize morts jeudi matin et où ils sont actuellement exhibés devant la foule en colère.

Quelques dizaines d'habitants de Donetsk les entourent et leur jettent des morceaux de verre ou divers objets depuis les fenêtres des immeubles environnant, a constaté une journaliste de l'AFP présente sur place.

La France «consternée»

La France a exprimé jeudi sa «consternation» après la mort de 13 civils tués par un tir d'obus sur un trolleybus à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, et a appelé toutes les parties à mettre en oeuvre le cessez-le-feu prévu par les accords de Minsk.

«Au lendemain de la réunion ministérielle de Berlin qui a réaffirmé l'urgence d'un retrait des armes lourdes de chaque côté de la ligne de démarcation mentionnée dans le protocole de Minsk, la France exprime sa consternation après la mort de 13 civils dans un trolleybus frappé par un tir à Donetsk», a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal.

Ton opinion