Actualisé 09.11.2006 à 14:08

Trop de polluants dans le Léman

La Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL) demande que les industries de la région fassent analyser les substances qu'elles rejettent.

La CIPEL veut renforcer la surveillance des micropolluants.

Il s'agit d'une des principales recommandations à l'intention des gouvernements arrêtées jeudi lors de la réunion annuelle de la CIPEL à La Sarraz (VD). La commission avait déjà pris des mesures suite aux résultats inquiétants de 2004 et de 2005, où trente nouveaux pesticides avaient été détectés.

Une légère amélioration s'est faite sentir, mais la vigilance reste de mise, a déclaré devant la presse Patrick Edder, du service de la protection de la consommation de Genève. Il s'est notamment réjoui que l'Etat du Valais ait demandé un suivi précis de l'état de santé du Rhône.

Même si les concentrations de micropolluants restent en-dessous des valeurs limites légales, la CIPEL veut rechercher l'origine de ces pollutions, pour éviter des déversements ponctuels. Elle souhaite que les vendeurs ou les fabricants fournissent davantage d'informations sur leur utilisation sur le marché, ainsi que sur leur écotoxicité.

Notamment dans le domaine des produits phytosanitaires agricoles, des médicaments ou autres substances susceptibles d'avoir une influence sur la santé humaine ou sur l'environnement, a précisé M. Edder. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!