Lausanne: Trop noire pour trouver un prétendant
Actualisé

LausanneTrop noire pour trouver un prétendant

Une agence matrimoniale refuse une cliente à cause des origines martiniquaises de son père.

par
Raphaël Pomey
Cette étudiante de 22 ans ne peut pas plaire, selon une agence. (Photo: pom)

Cette étudiante de 22 ans ne peut pas plaire, selon une agence. (Photo: pom)

Belle, futée et sportive, Anaïs n'est pas le genre de fille qu'on imagine surfer sur le net pour trouver un amoureux. Cette étudiante de 22 ans a pourtant recouru, la semaine passée, au site de l'agence Vie à Deux. Pourquoi? «Une annonce proposait d'y trouver le prince charmant. Je me suis dit, pourquoi pas?» Pas de chance pour elle, ses rêves tournent au cauchemar.

«Une heure après avoir rempli un questionnaire, une dame m'a appelée et m'a demandé mes origines.» Suissesse, la jeune fille évoque les racines martiniquaises de son père, puis se voit rétorquer un «Cela ne va pas être possible». Le choc.

«Elle cherchait des hommes entre 25 et 40 ans, explique la directrice de l'agence, Geneviève Rohr. Dans cette tranche d'âge, aucun de mes clients ne s'intéresse à ce type de femme. Je ne vais pas les forcer à coucher avec des Noires!» Elle ne voit rien d'étonnant à ce que ses centaines de clients ne s'intéressent qu'aux Blanches: «Les gens qui font appel aux agences matrimoniales sont souvent un peu rétro.»

Le filtrage effectué par l'agence fait bondir André Loembe, du groupe de lutte contre le racisme anti-noir CRAN. Selon lui, c'était à Anaïs de décider s'il elle voulait payer pour profiter des services de l'agence, au risque de ne trouver personne. «Le sens commercial de la directrice semble douteux. Je crois qu'on est clairement dans un cas de discrimination.»

L’agence agit-elle en toute légalité?

Pour l’avocat spécialiste des droits de l’homme Philippe Currat, le procédé de l’agence Vie à Deux est «problématique». «Si ses clients ne recherchent effectivement que des Blanches, les propos qui ont été tenus à Anaïs relèvent plus de l’injure que de la discrimination raciale.» Difficile pourtant, selon lui, de gober que tous les clients de l’agence sont si fermés d’esprit: «Cela me semble tout de même très bizarre.»

Ton opinion