Argovie – Trop paresseux, il falsifie des rapports de contrôles
Publié

ArgovieTrop paresseux, il falsifie des rapports de contrôles

Un spécialiste en radio protection de la centrale de Leibstadt a été condamné pour avoir triché sur des rapports de contrôles. Fort heureusement sans risque pour la sécurité nucléaire.

Les rapports fantaisistes n’ont pas eu de conséquences sur la sécurité nucléaire.

Les rapports fantaisistes n’ont pas eu de conséquences sur la sécurité nucléaire.

DR

Un spécialiste en radioprotection de la centrale nucléaire de Leibstadt avait pour mission de contrôler les appareils de mesure des radiations utilisés pour vérifier des conteneurs avant leur transport vers le dépôt de déchets de Würenlingen (AG). Or, cet employé a omis trois contrôles semestriels et a falsifié plus de 200 procès-verbaux. Il y a inscrit des chiffres fantaisistes sur les listes de contrôle.

L’employé indélicat a été condamné par le Ministère public de la Confédération, via ordonnance pénale, rapporte la «Schweiz am Wochenende.» Il a enfreint l’obligation de contrôle et de documentation conformément à la loi sur l’énergie nucléaire. Il écope d’une amende de 3000 francs et doit s’acquitter des frais de procédure s’élevant à 1000 francs.

L’ordonnance pénale révèle que les actes reprochés sont de faible gravité. En effet, les contrôles des appareils ont une importance secondaire dans le dispositif de sécurité des centrales nucléaires. Les appareils sont en effet robustes et fiables. L’absence de contrôle n’aurait pas eu d’influence directe sur la sécurité nucléaire.

«Pour des raisons de commodité»

Le journal alémanique indique que «pour des raisons de commodité», le spécialiste n’a pas effectué correctement les contrôles. Il a négligé ces derniers parce qu’il ne les considérait pas comme importants. Mais, même des contrôles sans importance peuvent avoir une signification. C’est un supérieur hiérarchique qui a découvert le pot aux roses et a dénoncé le cas à l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire en 2019. Cet organe a déposé une plainte.

Un contrôle sérieux des appareils de mesure a constaté des écarts sur huit machines. Mais ces écarts indiquaient des valeurs trop élevées par rapport à la réalité.

Aujourd’hui, le collaborateur fautif ne travaille plus à Leibstadt. Il a trouvé un nouvel emploi dans une entreprise fabriquant des véhicules utilitaires.

(jbm)

Ton opinion