Trouver la meilleure vitrine pour l'horlogerie de luxe

Actualisé

Trouver la meilleure vitrine pour l'horlogerie de luxe

La Chaux-de-Fonds. Plus de 300 personnes ont assisté hier à la 11e Journée internationale du marketing horloger.

Le débat a porté notamment sur la tendance des horlogers de luxe à créer leur propre chaîne de distribution sur le marché mondial, en ouvrant des boutiques monomarque. Plusieurs détaillants multimarques ont relevé les inconvénients pour eux-mêmes de cette stratégie, sans toutefois les juger insurmontables. Le détaillant multimarques d'Interlaken (BE), Jurg Kirchhofer, a souligné qu'il était possible de répondre au défi posé par les grandes marques en allant chercher le client. Il a expliqué qu'il n'avait pas hésité à acheter, à proximité de sa boutique, un restaurant servant des plats exécutés par des cuisiniers chinois et thaï. Inspirée par la nourriture à son goût, la clientèle asiatique est ainsi encouragée à prolonger son séjour à Interlaken et à y effectuer ses achats horlogers. Autre exemple, des montres Rodolphe sont exposés dans un bar lounge à la place Pury, à Neuchâtel.

Les participants, en majorité des professionnels du marketing horloger, ont manifesté un intérêt particulier pour les méthodes de vente par internet, réputées inadaptées à la diffusion des montres de luxe. Les interventions à ce sujet ont montré cependant un potentiel. La société 121 Time propose ainsi via internet des montres de la gamme moyenne dont l'acheteur choisit lui-même les composants.

(ats/nlu)

Ton opinion