Canada: Trudeau «choqué» par la vidéo d'une arrestation d'un chef autochtone
Publié

CanadaTrudeau «choqué» par la vidéo d'une arrestation d'un chef autochtone

En plein débat sur le racisme au sein des forces de l'ordre, le Premier ministre canadien a demandé vendredi une enquête sur des images «choquantes» montrant l'arrestation brutale d'un Amérindien.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a demandé vendredi une enquête indépendante sur une vidéo «choquante» à ses yeux, montrant l'arrestation brutale par la police fédérale d'un chef autochtone, en plein débat sur le racisme au sein des forces de l'ordre.

Les images, filmées et diffusées par la police elle-même, montrent un policier fédéral de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) se précipitant sur le chef Allan Adam alors qu'il sort de sa voiture, avant de le plaquer violemment à terre et de le frapper au visage. «Nous avons tous vu la vidéo choquante de l'arrestation du chef Adam et nous devons faire la lumière sur cette question», a déclaré Justin Trudeau lors de son point presse quotidien. «Je pense que tous ceux qui ont vu cette vidéo ont des questions sérieuses à poser et c'est pour cela que nous sommes en train d'appeler à une enquête indépendante, transparente qui va nous donner les réponses», a-t-il ajouté.

«Pas un incident isolé»

Dans cette vidéo d'une douzaine de minutes, diffusée par plusieurs médias canadiens, le chef Adam a des échanges houleux avec un policier devant un casino de la province d'Alberta, dans l'ouest du pays, où sa femme est interrogée pour des plaques d'immatriculation expirées. La situation déjà tendue dégénère lorsqu'un deuxième policier fonce dans sa direction, le plaque au sol et lui assène un violent coup de poing au visage.

«Nous savons qu'il ne s'agit pas d'un incident isolé, trop de Canadiens noirs ou autochtones ne se sentent pas en sécurité face à la police», a insisté Justin Trudeau. «C'est inacceptable et en tant que gouvernement, nous devons changer tout cela».

Le week-end dernier, le chef Adam avait diffusé des images de son visage tuméfié, affirmant qu'il avait été frappé par la police lors de l'interpellation le 10 mars dernier.

Le premier ministre canadien avait reconnu jeudi que le racisme systémique touchait «toutes les institutions» canadiennes, y compris la police. Le débat a rebondi au Canada après la vague de manifestations pour dénoncer le racisme et les violences policières suscitée par la mort de George Floyd, un Afro-Américain, aux mains de la police à Minneapolis. Vendredi soir, un membre de la communauté autochtone micmaque a été tué par balle lors d’une intervention policière dans la province du Nouveau-Brunswick, à l’est du Canada. Un même drame s’était déjà produit la semaine précédente.

(Lhu/AFP)

Ton opinion