Corée du Nord: Trump accuse Pékin de faire obstruction
Actualisé

Corée du NordTrump accuse Pékin de faire obstruction

Le président américain a dénoncé jeudi la position de la Chine qui empêche selon lui toute «solution amicale» avec Pyongyang.

Il y a quelques semaines, les Etats-Unis ont dénoncé la poursuite de trafics permettant au régime de Kim Jong-un de s'approvisionner en produits interdits par l'ONU. (Photo d'archives)

Il y a quelques semaines, les Etats-Unis ont dénoncé la poursuite de trafics permettant au régime de Kim Jong-un de s'approvisionner en produits interdits par l'ONU. (Photo d'archives)

AFP

Donald Trump a vivement dénoncé jeudi la position de Pékin qui empêche selon lui toute «solution amicale» dans le dossier nucléaire nord-coréen, alors qu'il était pourtant dernièrement plutôt élogieux à l'égard des efforts chinois pour faire pression sur Pyongyang. Pékin rejette ces accusations.

«Pris la main dans le sac», a lancé le président étasunien sur Twitter, se disant «très déçu de voir la Chine permettre au pétrole d'entrer en Corée du Nord». «Il n'y aura jamais de solution amicale au problème avec la Corée du Nord si cela se poursuit», a-t-il menacé.

Il n'a pas clairement brandi la menace de frappes militaires, mais Donald Trump a déjà, ces derniers mois, promis de «détruire totalement» la Corée du Nord en cas d'attaque initiale de la part du régime de Kim Jong-un.

Un responsable du département d'Etat a précisé plus tard que les Etats-Unis avaient des informations selon lesquelles «certains navires se livraient à des activités prohibées par l'ONU, y compris des transbordements de produits pétroliers raffinés entre deux vaisseaux et le transport de charbon provenant de la Corée du Nord».

«Nous avons des preuves que certains des vaisseaux engagés dans ces activités sont la propriété de sociétés de plusieurs pays y compris la Chine», a affirmé ce haut responsable. Selon lui, les produits pétroliers sont indispensables à la survie du régime et de l'armée et le charbon est l'une des principales sources de revenus de la dictature nord-coréenne.

Pékin nie

Pékin a rejeté ces accusations. «Faire du battage sans raison via les médias ne contribue pas au renforcement de la confiance mutuelle et de la coopération», a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Celle-ci a assuré que la Chine, qui assure 90% du commerce extérieur de la Corée du Nord, n'autorisait pas ses citoyens ni ses entreprises à violer les résolutions de l'ONU.

Sanctions durcies

Le Conseil de sécurité de l'ONU a durci le 22 décembre les sanctions contre la Corée du Nord par un vote unanime sur une résolution américaine, après des négociations entre les Etats-Unis et la Chine, considérée comme le principal partenaire commercial du pays reclus.

La nouvelle résolution, qui dénonce les essais nucléaires et balistiques de Pyongyang, alourdit les sanctions précédentes en amenuisant davantage les livraisons de pétrole brut et raffiné qui proviennent majoritairement de Chine.

Jeudi, l'ONU a banni des ports mondiaux quatre navires nord-coréens soupçonnés de transport de marchandises interdites par des sanctions internationales contre Pyongyang, sans pouvoir en cibler six autres en raison d'une opposition de Pékin.

Médiation en Russie

La Russie serait de son côté prête à héberger des discussions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord si Moscou est sollicitée, a déclaré un diplomate russe du ministère des affaires étrangères cité vendredi par l'agence de presse russe RIA.

«Nous sommes ouverts à des contacts et prêts à mettre un lieu à disposition si nécessaire», a indiqué Oleg Bourmistrov. Moscou réclame une solution diplomatique à la crise entourant les ambitions nucléaires et balistiques de la Corée du Nord. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion