23.07.2020 à 22:44

États-Unis

Trump annonce l’annulation de la convention républicaine

L’épidémie liée au coronavirus a eu raison de l’événement, prévu en Floride, qui devait introniser Donald Trump comme candidat à la présidentielle.

Donald Trump a annulé jeudi la «grande» convention républicaine prévue à Jacksonville, en Floride, en raison de la pandémie de coronavirus qui flambe dans le sud des États-Unis. Elle devait l’introniser comme candidat du parti à la présidentielle du 3 novembre.

«Nous n’allons pas faire une grande convention publique en tant que telle, ce n’est pas le moment», a-t-il déclaré, en estimant qu’il était de son devoir de président de «protéger les Américains». «Le timing pour cet événement n’est pas bon, vu ce qui s’est produit récemment -la flambée (des infections) en Floride- cela ne va pas», a encore justifié Donald Trump.

La convention républicaine était initialement prévue à Charlotte en Caroline du Nord, du 24 au 27 août, mais le gouverneur démocrate de l’État avait souhaité un format réduit pour respecter les recommandations sanitaires. Agacé, le président républicain, qui a longtemps minimisé la gravité de la pandémie, avait décidé début juin de déplacer l’essentiel de la rencontre à Jacksonville.

Meetings en ligne

Récemment, il a toutefois fait une volte-face, et a même reconnu que la situation allait encore empirer. L’annulation de la convention entre dans cette logique. Certains événements maintenus à Charlotte par respect pour les contrats signés auront tout de même lieu «et on fera des meetings en ligne», a précisé Donald Trump.

Donald Trump a annoncé l’annulation de la convention républicaine qui devait se tenir en août à Jacksonville en Floride.

Donald Trump a annoncé l’annulation de la convention républicaine qui devait se tenir en août à Jacksonville en Floride.

KEYSTONE/AP/Evan Vucci

Les démocrates ont de leur côté annoncé il y a un mois que leur convention, prévue à Milwaukee dans le Wisconsin du 17 au 20 août, serait quasiment intégralement virtuelle. L’ex-vice président Joe Biden y acceptera en personne sa désignation comme candidat du parti.

Quinze ans de prison pour un projet d’attentat djihadiste contre la Maison-Blanche

Un Américain de 23 ans a été condamné à 15 ans de prison pour avoir eu l’intention de mener une attaque contre la Maison-Blanche ou la statue de la Liberté au nom du djihad, ont annoncé jeudi les autorités américaines. Selon l’acte d’accusation, il souhaitait être un «martyr» au nom du djihad et se rendre en territoire occupé par le groupe État islamique en Syrie ou en Irak. Mais arguant de la perte de son passeport, il avait considéré mieux de réaliser des attentats sur le sol américain. Il souhaitait notamment attaquer la Statue de la Liberté à New York et des monuments touristiques du centre de Washington. Selon les autorités judiciaires, aucune cible n'avait réellement été menacée par ce projet.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!