24.07.2020 à 14:13

États-Unis

Trump vante l’importance de la réouverture des écoles

Donald Trump presse les autorités sanitaires américaines à rouvrir les écoles malgré la pandémie. Un positionnement qui fait débat.

«On ne peut pas empêcher indéfiniment 50 millions d’enfants d’aller à l’école», a redit Donald Trump ce jeudi.

«On ne peut pas empêcher indéfiniment 50 millions d’enfants d’aller à l’école», a redit Donald Trump ce jeudi.

Keystone

L’organisme fédéral américain de santé publique a mis à jour ses conseils sur l’école durant la pandémie en faisant nettement peser la balance en faveur d’un retour en classe des élèves à la rentrée, un positionnement adopté après une demande directe de la Maison-Blanche.

Choix politique

Rouvrir à 100%, 50% ou pas du tout à la rentrée est le débat, souvent vif, qui agite les milliers de «districts» scolaires des États-Unis alors que le coronavirus a encore contaminé un million d’Américains depuis 15 jours.

Et comme nombre de sujets de société dans le pays gouverné par Donald Trump, le choix de rouvrir ou de fermer est très politique, depuis que le président a demandé aux écoles de rouvrir complètement. «On ne peut pas empêcher indéfiniment 50 millions d’enfants d’aller à l’école», a redit Donald Trump ce jeudi.

Quels risques ?

De nombreuses villes ont tranché du côté d’une rentrée virtuelle, comme Houston et Los Angeles, ou hybride comme New York. En banlieue de Washington, le comté de Montgomery a décidé que les élèves ne reverraient pas leur école avant… le 29 janvier.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) avaient initialement publié des consignes mettant en avant les risques du retour à l’école, et les précautions à prendre. Mais le vice-président avait annoncé le 8 juillet qu’ils reverraient leur copie.

Dont acte jeudi, avec la publication d’une page intitulée «L’importance de rouvrir les écoles cet automne». Les CDC maintiennent que la réouverture n’est pas une bonne idée en cas de circulation active du virus localement, et qu’en tout cas, masques et distanciation seront indispensables.

Fermetures qui portent préjudice

Les experts soulignent désormais que les enfants courent peu de risque de tomber gravement malades du Covid-19, et qu’en revanche, les préjudices à court et long termes des fermetures aux niveaux social, émotionnel, comportemental, économique et académique étaient «bien connus et importants».

«La fermeture prolongée des écoles porte préjudice aux enfants», écrivent les CDC, en particulier pour les enfants sourds et aveugles.

Les écoles étaient mal préparées à l’enseignement à distance lors du confinement, et les élèves mal suivis, déplorent les CDC, citant une étude de l'université de Washington.

Progrès ralentis

Les inégalités entre familles riches et pauvres se sont creusées. Une étude sur 800’000 élèves a montré que les enfants avaient tous ralenti leurs progrès en mathématiques après mars 2020, mais que le retard était plus grand dans ceux des quartiers pauvres.

Pire, les maltraitances des enfants cloîtrés chez eux sont sans doute moins visibles. À Washington, une étude a constaté une baisse des signalements de maltraitances de mars à avril, mais des cas plus graves d’enfants battus aux urgences.

«Les meilleures preuves disponibles dans les pays ayant ouvert leurs écoles indiquent que le Covid-19 pose des risques faibles aux enfants en âge d’aller à l’école, en tout cas dans les zones à faible transmission communautaire, et suggèrent qu’il est peu probable que les enfants soient des vecteurs importants de propagation du virus», concluent les CDC.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!