États-Unis - Trump essaie de revenir en douce sur Twitter et se fait griller
Publié

États-UnisTrump essaie de revenir en douce sur Twitter et se fait griller

L’ancien président américain étant privé de son porte-voix préféré, son équipe semble avoir tenté de créer de nouveaux comptes pour relayer sa parole sur le réseau social. En vain.

C’était pourtant bien essayé. Banni de Twitter depuis les émeutes du 6 janvier au Capitole, Donald Trump se retrouve privé ad aeternam de son moyen de communication préféré. Pour tromper l’ennui et renouer avec ses partisans, l’ancien président américain a lancé cette semaine sa propre plateforme, qui s’apparente davantage à un blog qu’à un réseau social. Ce nouveau site permet aux internautes de partager les posts de Donald Trump sur Twitter ou Facebook, des plateformes auxquelles il n’a plus le droit d’accéder.

Selon «The Independent», l’ex-président et son équipe ont tout de même tenté un discret retour sur le réseau social à l’oiseau bleu, cette semaine. Le compte @DJTDEsk semble avoir été créé pour republier les posts figurant sur le nouveau site du milliardaire baptisé «From the Desk of Donald Trump» («Depuis le bureau de Donald Trump»). Comme l’a remarqué le journaliste Andrew Solender, @DJTDEsk a été suspendu par Twitter après un petit jour d’activité. Un porte-parole de l’ancien locataire de la Maison-Blanche a cependant assuré à Solender que l’équipe de Trump n’était pas derrière ce compte.

Le réseau social a confirmé jeudi être intervenu contre plusieurs profils qui relayaient les publications du républicain. «Comme précisé dans notre règlement sur les tentatives d’échapper à une exclusion, nous prenons des mesures contre les comptes dont l’intention apparente est de remplacer ou de promouvoir des contenus affiliés à un compte suspendu», a détaillé un porte-parole de l’entreprise californienne.

Donald Trump a perdu un porte-voix extrêmement puissant: il comptait près de 89 millions d’abonnés avant son bannissement. Sur son site web, il continue d’assurer que l’élection lui a été «volée» grâce à des «fraudes» massives, sans aucune preuve.

(joc/afp)

Ton opinion