Tournée asiatique: Trump passe le test du protocole avec l'empereur
Actualisé

Tournée asiatiqueTrump passe le test du protocole avec l'empereur

Le président américain a rencontré lundi au Japon l'empereur Akihito lors d'une visite truffée de potentielles embûches protocolaires.

M. Trump et son épouse Melania ont été conduits dans une salle du palais impérial, où ils se sont entretenus avec Akihito et l'impératrice Michiko, à l'aide d'interprètes. (Lundi 6 novembre 2017)

M. Trump et son épouse Melania ont été conduits dans une salle du palais impérial, où ils se sont entretenus avec Akihito et l'impératrice Michiko, à l'aide d'interprètes. (Lundi 6 novembre 2017)

AFP

S'incliner ou ne pas s'incliner? Telle était la question pour le président américain Donald Trump lundi en rencontrant l'empereur du Japon à Tokyo, une visite truffée de potentielles embûches protocolaires, qui avaient fait jadis trébucher son prédécesseur Barack Obama.

En 2009, le locataire d'alors de la Maison Blanche avait été vivement critiqué aux Etats-Unis pour s'être profondément incliné devant l'empereur du Japon Akihito, comme le veut le protocole de la cour impériale japonaise. Mais les conservateurs américains avaient jugé ce geste déplacé, étant donné que Akihito, 83 ans, est le fils de l'empereur Hirohito, associé notamment à l'impérialisme japonais de la Seconde Guerre mondiale.

Aussi tous les regards étaient braqués lundi sur la rencontre entre M. Trump et Akihito. Mais le président américain a opté pour un compromis en se contentant d'une légère inclinaison de la tête au moment de saluer son hôte. M. Trump et son épouse Melania ont ensuite été conduits dans une salle du palais impérial, où ils se sont entretenus avec Akihito et l'impératrice Michiko, à l'aide d'interprètes.

L'équipe de M. Trump est soucieuse de lui éviter des incidents de parcours durant sa tournée en Asie d'une douzaine de jours, la plus longue d'un président américain depuis George Bush père en 1991-92.

Lundi dernier, le couple impérial japonais avait reçu un autre chef d'Etat aux manières généralement peu orthodoxes, le président philippin Rodrigo Duterte. Mais celui-ci, dont la sanglante politique anti-drogue est très controversée, avait promis de «tenir sa langue» durant sa visite au Japon et les médias japonais ont estimé qu'il s'était bien comporté. Il s'était notamment plusieurs fois incliné devant le couple impérial. M. Trump doit par ailleurs rencontrer M. Duterte à la fin de sa tournée asiatique à Manille. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion