États-Unis: Trump pourrait fuir en Écosse la veille de l’investiture de Biden

Publié

États-UnisTrump pourrait fuir en Écosse la veille de l’investiture de Biden

L’aéroport de Prestwick, situé non loin du club de golf écossais du président sortant, a été informé qu’un Boeing 757 militaire américain allait atterrir le 19 janvier.

Que fera Donald Trump le 20 janvier, jour de l’investiture de Joe Biden? Les spéculations vont bon train à Washington, alors que le président sortant continue de s’enfoncer dans le déni et cherche par tous les moyens à inverser le résultat de l’élection. Les chances de voir le républicain assister sagement à l’investiture de son rival sont extrêmement minces, pour ne pas dire improbables. La plupart des observateurs pronostique une spectaculaire diversion de Donald Trump pour voler la vedette au nouveau président.

La Maison-Blanche refuse de communiquer sur cette question brûlante, mais une rumeur commence à enfler aux États-Unis. Selon le «Guardian», un avion que Donald Trump a déjà utilisé pour se rendre en Écosse doit décoller de Washington la veille de l’investiture de Joe Biden. L’aéroport de Prestwick, situé près du club de golf que le milliardaire possède en Écosse, a été informé de l’arrivée d’un Boeing 757 militaire américain le 19 janvier.

Une première dans l’histoire américaine?

«Les vols présidentiels ont tendance à être réservés longtemps à l’avance, en raison du travail qu’il faut effectuer autour», explique une source anonyme au «Sunday Post». Fin novembre déjà, des avions de surveillance avaient encerclé le golf de Turnberry pendant une semaine, possiblement pour effectuer une reconnaissance avant l’arrivée du président sortant. «C’est généralement un signe que Trump va rester quelque part pendant une période prolongée», ajoute la source.

Le 757 est un avion plus petit et plus étroit que les Boeing 747-200B qui sont normalement appelés Air Force One. Il est plus souvent utilisé par le vice-président et la Première dame. Ni la Maison-Blanche, ni l’aéroport de Prestwick n’ont commenté cette information. Avant Donald Trump, trois présidents ont refusé d’assister à la cérémonie d’investiture de leur successeur: John Adams en 1801, John Quincy Adams en 1829 et Andrew Johnson en 1869. Mais le fait qu’un président quitte le pays avant même d’avoir officiellement transmis ses fonctions serait sans précédent dans l’histoire américaine.

(joc)

Ton opinion