Actualisé

Aide au Proche-OrientTrump prive Gaza de 200 millions de dollars

Des responsables palestiniens dénoncent un «chantage minable» de la part de Washington, après la décision de Donald Trump.

1 / 150
Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Keystone
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Keystone
Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

AFP

L'annulation par l'administration américaine d'une aide de 200 millions de dollars aux Palestiniens constitue un «chantage minable» de la part de Washington, a estime samedi une haute responsable de l'OLP, Hanane Achraoui. Donald Trump avait menacé à plusieurs reprises de suspendre cette aide.

«A la demande» du président Donald Trump, l'administration américaine a annoncé vendredi qu'elle allait «rediriger» plus de 200 millions de dollars initialement prévus pour des programmes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à «des programmes hautement prioritaires ailleurs».

Washington «recourt à un chantage minable comme outil politique. Le peuple palestinien ne se laissera pas intimider et ne cédera pas à la contrainte. Les droits du peuple palestinien ne sont pas à vendre», a réagi dans un communiqué Hanane Achraoui, membre du conseil exécutif de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP).

«Punir un peuple sous occupation»

«Il n'y aucune gloire à constamment intimider et punir un peuple sous occupation. L'administration américaine a déjà manifesté sa bassesse dans sa collusion avec l'occupation israélienne et ses vols de terres et de ressources. Maintenant, elle exerce des pressions en punissant les victimes palestiniennes de cette occupation», a-t-elle ajouté.

Dans un précédent communiqué, l'envoyé de l'OLP à Washington, Hossam Zomlot, a pour sa part jugé que l'administration Trump était «en train de démanteler des décennies de vision et d'engagement américains en Palestine». «Après Jérusalem et l'UNRWA (l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens), ceci ne fait que confirmer l'abandon de la solution à deux Etats et l'adhésion complète à l'agenda anti-paix du (Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu», a affirmé M. Zomlot.

Les relations sont gelées entre Washington et l'Autorité palestinienne depuis l'annonce par Donald Trump, fin 2017, de sa reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d'Israël. Les Palestiniens refusent depuis tout contact et dénie à Washington tout rôle de médiateur dans le processus de paix.

En réponse, Donald Trump avait annoncé fin janvier qu'il allait conditionner le versement de l'aide aux Palestiniens à leur retour à la table des négociations. Les Etats-Unis avaient aussi déjà drastiquement coupé en janvier leur contribution à l'UNRWA, obligée depuis de licencier plus de 250 employés. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!