Etats-Unis - Canada: Trump - Trudeau, une visite à l'issue incertaine
Actualisé

Etats-Unis - CanadaTrump - Trudeau, une visite à l'issue incertaine

Donald Trump reçoit lundi Justin Trudeau, une rencontre délicate pour le Premier ministre canadien qui espère esquisser un compromis sur le libre-échange.

Fervent partisan du libre-échange, M. Trudeau avait, pendant la campagne américaine, mis en garde contre la tentation du «repli» et du «protectionnisme». (photo: Capture d'écran)

Fervent partisan du libre-échange, M. Trudeau avait, pendant la campagne américaine, mis en garde contre la tentation du «repli» et du «protectionnisme». (photo: Capture d'écran)

Troisième dirigeant étranger reçu par le nouveau président républicain - après la Britannique Theresa May et le Japonais Shinzo Abe - le Premier ministre canadien Justin Trudeau a promis de parler à la fois avec «franchise et respect» au nouveau locataire de la Maison Blanche. «Le Canada restera toujours fidèle à ses valeurs qui ont fait de nous un pays extraordinaire, un lieu d'ouverture et de respect», a-t-il pris soin de souligner vendredi à Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest.

Les liens économiques entre les deux immenses pays, qui partagent la plus longue frontière commune au monde, sont extrêmement denses: trois-quart des exportations canadiennes sont destinées au voisin du sud et le Canada est la première destination à l'export d'une trentaine d'États américains. La renégociation, souhaitée par Trump, de l'accord de libre-échange Aléna, qui regroupe Canada, États-Unis et Mexique, s'annonce délicate. Fervent partisan du libre-échange, M. Trudeau avait, pendant la campagne américaine, mis en garde contre la tentation du «repli» et du «protectionnisme».

Deux styles

«Des millions de bons emplois des deux côtés de la frontière» dépendaient d'une circulation sans heurts des biens et des personnes, a-t-il rappelé vendredi. L'exécutif américain est resté évasif sur la direction qu'il entendait donner aux négociations. Jugeant que l'Aléna, accord vieux de 23 ans, était une «catastrophe» pour les États-Unis et «très injuste» pour le travailleur américain, Donald trump a jusqu'ici été nettement plus virulent sur le Mexique que sur le Canada.

Le parcours, les orientations politiques, le style: tout sépare Donald Trump de Justin Trudeau, de 25 ans son cadet, qui ne cachait pas sa complicité et ses réelles convergences de vue avec Barack Obama. Trudeau est arrivé au pouvoir en promettant de gouverner «avec optimisme vers l'avenir» et de redorer l'image du Canada à l'étranger. (20 minutes/afp)

Ton opinion