Actualisé 15.02.2019 à 04:14

Etats-UnisTrump va déclarer l'«urgence nationale»

Pour éviter un nouveau «shutdown» et financer son mur avec le Mexique, le président américain est prêt à signer le compromis budgétaire.

1 / 150
Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Keystone
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Keystone
Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

AFP

Donald Trump a choisi jeudi la confrontation en annonçant qu'il allait déclarer l'«urgence nationale» aux Etats-Unis pour construire un mur à la frontière mexicaine. «Il n'y a pas d'urgence à la frontière» avec le Mexique, a riposté la démocrate Nancy Pelosi.

Depuis des semaines, les négociations tournent autour de ce mur que le président républicain veut construire pour lutter contre l'immigration clandestine et dont l'opposition ne veut pas entendre parler. Avec, en fond, la menace d'un nouveau «shutdown» si aucun accord n'était trouvé avant vendredi, minuit, pour éviter l'impasse budgétaire.

La loi de financement née de ce compromis a été approuvée jeudi à une large majorité au Sénat, contrôlé par les républicains, puis à la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates. Elle n'attend plus que la promulgation du président.

Mais elle ne comprend qu'un quart du budget réclamé par Donald Trump pour construire le mur (1,4 milliard de dollars contre 5,7 milliards demandés) et ne mentionne pas le mot «mur», préférant «barrière» ou «clôture». Tout en signant le texte, Donald Trump déclarera donc l'«urgence nationale» afin de «mettre fin à la crise de sécurité nationale et humanitaire à la frontière», a annoncé Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche. «Une nouvelle fois, le président tient sa promesse de construire le mur, de protéger la frontière et d'assurer la sécurité de notre grand pays», a-t-elle souligné.

Indignation démocrate

Mais cette procédure exceptionnelle, autorisant le président des Etats-Unis à contourner le Congrès pour mobiliser des fonds, hérisse de nombreux parlementaires, y compris dans les rangs républicains. «Déclarer l'urgence nationale dans ce cas serait une erreur», a ainsi réagi la sénatrice républicaine Susan Collins.

«Un grave abus de pouvoir», «une tentative désespérée de détourner l'attention du fait que le président n'a pas tenu sa promesse fondamentale que le Mexique payerait pour son mur»: chez les démocrates, l'indignation règne. «Nous allons passer nos options en revue et nous serons préparés à y répondre de façon appropriée», complète Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants.

Si un blocage de cette déclaration par le Congrès paraît difficile, compte tenu de l'équilibre des forces, des poursuites judiciaires pourraient être lancées. «Honte à tout membre du Congrès qui ne s'opposera pas clairement et vigoureusement à cette invocation illégitime» d'une urgence nationale, a tonné la puissante organisation américaine de défense des droits civiques, ACLU. (nxp/ats)

Des défenseurs des papillons déboutés dans leur bataille contre le mur de Trump

La justice américaine a débouté jeudi une association de protection des papillons qui cherchait à bloquer la construction d'une portion du mur voulu par Donald Trump au nom de la protection de la faune et de la flore.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!