Grèce: Tsipras n'exclut pas des élections anticipées
Actualisé

GrèceTsipras n'exclut pas des élections anticipées

Le Premier ministre grec a déclaré mercredi qu'il pourrait être contraint d'organiser des élections législatives anticipées s'il ne disposait plus de la majorité nécessaire au Parlement.

1 / 117
23.09 Comme pour le premier gouvernement Tsipras en janvier, les ministres ont prêté serment en deux fois, dans les locaux de la présidence de la République. Un premier groupe a prêté serment sur l'Evangile, devant des dignitaires religieux orthodoxes. Le second, plus important, a prêté un serment civil au Président de la République Prokopis Pavlopoulos.

23.09 Comme pour le premier gouvernement Tsipras en janvier, les ministres ont prêté serment en deux fois, dans les locaux de la présidence de la République. Un premier groupe a prêté serment sur l'Evangile, devant des dignitaires religieux orthodoxes. Le second, plus important, a prêté un serment civil au Président de la République Prokopis Pavlopoulos.

AFP/Louisa Gouliamaki
21.09 Le Premier ministre grec sortant Alexis Tsipras a gagné un nouveau pari dimanche en menant son parti de gauche radicale Syriza au pouvoir pour la seconde fois cette année. Mais il va devoir gouverner à nouveau avec les souverainistes des Grecs Indépendants (ANEL).

21.09 Le Premier ministre grec sortant Alexis Tsipras a gagné un nouveau pari dimanche en menant son parti de gauche radicale Syriza au pouvoir pour la seconde fois cette année. Mais il va devoir gouverner à nouveau avec les souverainistes des Grecs Indépendants (ANEL).

AFP/Louisa Gouliamaki
18.09 A l'approche des élections législatives un sondage révèle que Syriza, le parti de Tsipras, serait devancé par conservateurs.

18.09 A l'approche des élections législatives un sondage révèle que Syriza, le parti de Tsipras, serait devancé par conservateurs.

AFP/Aris Messinis

Alexis Tsipras a précisé qu'un congrès exceptionnel de son parti, Syriza, pourrait avoir lieu début septembre. «Je serais la dernière personne à vouloir des élections si j'avais une majorité parlementaire assurée pour aller jusqu'au bout de (mon) mandat de quatre ans», a déclaré le chef du gouvernement lors d'une interview à une radio grecque.

Il a aussi indiqué que son gouvernement ne mettrait pas en oeuvre des réformes au-delà de ce qui a été décidé lors de l'accord conclu mi-juillet avec les créanciers du pays au sommet de la zone euro. «Je connais bien le cadre de l'accord que nous avons signé au sommet de l'euro le 12 juillet», a-t-il déclaré à la radio Sto Kokkino. «Nous mettrons en oeuvre ces engagements, sans tenir compte du fait que nous soyons d'accord avec ou pas. Rien au-delà.»

Par ailleurs, Alexis Tsipras s'est dit confiant mercredi dans la possibilité d'obtenir à partir du mois de novembre une réduction de l'importante dette publique du pays que les créanciers, UE et FMI, «se sont engagés» à étudier.

«Ce qui est très important, c'est que nous avons eu un engagement (des créanciers, ndlr) pour une réduction de dette, qui interviendra en novembre après le premier audit du programme» d'aide financière dont la Grèce négocie actuellement les modalités avec les bailleurs de fonds du pays, UE et FMI, a déclaré le Premier ministre sur la radio «Sto Kokkino», proche du parti de gauche radicale Syriza dont il est le dirigeant. (ats)

Ton opinion