Crise en Grèce: Tsipras présentera jeudi de nouvelles propositions
Actualisé

Crise en GrèceTsipras présentera jeudi de nouvelles propositions

Le Premier ministre grec s'est adressé mercredi aux parlementaires européens, au lendemain de l'ultimatum que lui ont fixé ses partenaires de la zone euro.

1 / 117
23.09 Comme pour le premier gouvernement Tsipras en janvier, les ministres ont prêté serment en deux fois, dans les locaux de la présidence de la République. Un premier groupe a prêté serment sur l'Evangile, devant des dignitaires religieux orthodoxes. Le second, plus important, a prêté un serment civil au Président de la République Prokopis Pavlopoulos.

23.09 Comme pour le premier gouvernement Tsipras en janvier, les ministres ont prêté serment en deux fois, dans les locaux de la présidence de la République. Un premier groupe a prêté serment sur l'Evangile, devant des dignitaires religieux orthodoxes. Le second, plus important, a prêté un serment civil au Président de la République Prokopis Pavlopoulos.

AFP/Louisa Gouliamaki
21.09 Le Premier ministre grec sortant Alexis Tsipras a gagné un nouveau pari dimanche en menant son parti de gauche radicale Syriza au pouvoir pour la seconde fois cette année. Mais il va devoir gouverner à nouveau avec les souverainistes des Grecs Indépendants (ANEL).

21.09 Le Premier ministre grec sortant Alexis Tsipras a gagné un nouveau pari dimanche en menant son parti de gauche radicale Syriza au pouvoir pour la seconde fois cette année. Mais il va devoir gouverner à nouveau avec les souverainistes des Grecs Indépendants (ANEL).

AFP/Louisa Gouliamaki
18.09 A l'approche des élections législatives un sondage révèle que Syriza, le parti de Tsipras, serait devancé par conservateurs.

18.09 A l'approche des élections législatives un sondage révèle que Syriza, le parti de Tsipras, serait devancé par conservateurs.

AFP/Aris Messinis

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a dit mercredi «espérer» que son pays pourra répondre aux exigences des créanciers avant la date butoir de dimanche fixée pour parvenir à un accord sur une nouvelle aide financière à Athènes, qui risque une sortie de la zone euro. «Ne laissons pas l'Europe se diviser», a lancé le chef du Gouvernement grec, dans un discours devant le Parlement européen de Strasbourg. «J'espère que nous allons réussir ces prochains jours à répondre à ce qu'exige la situation, dans l'intérêt de la Grèce et de la zone euro», a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs annoncé que son gouvernement présenterait jeudi des propositions concrètes à ses créanciers. «Demain, nous allons soumettre des propositions concrètes pour un accord juste, des propositions de réforme crédibles», a-t-il déclaré devant les députés européens réunis à Strasbourg.

L'enjeu n'est pas «seulement l'intérêt économique, mais aussi géopolitique de l'Europe», a-t-il fait valoir. «Ce que l'on appelle la crise grecque est une incapacité collective de la zone euro de trouver une solution à une crise de la dette, c'est un problème européen» auquel il «faut une solution européenne» pour éviter «une rupture historique» pour l'Union européenne, a-t-il ajouté.

Mais il s'est porté en faux contre des recettes «récessives»: «ma patrie a depuis cinq ans été un laboratoire pour l'austérité, mais l'expérience n'a pas réussi», en dépit de «l'énorme effort d'ajustement» consenti, a-t-il lancé. «Notre programme se concentre sur les vraies réformes» pour lutter contre clientélisme, corruption, évasion fiscale et injustices, a-t-il plaidé, soulignant compter sur l'accord de ses partenaires européens sur ces «priorités». «Nous avons un mandat fort du peuple grec et sommes déterminés à rompre non pas avec l'Europe, mais avec les intérêts établis et les mentalités qui ont enfoncé la Grèce et sont en train d'enfoncer la zone euro avec elle», a-t-il insisté.

Ouvrant le débat au Parlement, le président du Conseil européen, Donald Tusk, avait pour sa part rappelé que la zone euro avait fixé mardi un ultimatum «jusqu'à la fin de la semaine» à Athènes pour présenter un programme crédible d'économies et de réformes, sous peine d'enclencher le «scénario du pire» d'une dérive hors de la zone euro.

Alexis Tsipras est entré dans le Parlement européen sous les applaudissements

Risque de «chaos»

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a pointé mercredi la menace «de chaos» en Grèce. L'économie est selon lui «au bord de la rupture», si Athènes et ses créanciers échouent à trouver d'ici à dimanche un accord sur le renflouement du pays.

«L'économie grecque est au bord de la catastrophe, il faut absolument un accord dimanche prochain, c'est le dernier délai, après il sera trop tard et les conséquences seront graves», a-t-il déclaré sur la radio française Europe 1, ajoutant qu'il «peut y avoir des émeutes (...), un chaos dans le pays». Christian Noyer est membre du conseil des gouverneurs de la BCE qui maintient en vie les banques grecques.

«Nous avons des règles et nous les avons interprétées au maximum pour pouvoir maintenir la ligne de survie des banques grecques, mais nous ne pouvons pas indéfiniment continuer à augmenter les risques que nous prenons», a-t-il poursuivi.

Prié de dire quand la BCE serait contrainte de fermer le robinet des liquidités, il a répondu: «A partir du moment où il n'y aura plus de perspective d'accord politique sur un programme (...) ou à partir du moment où le système bancaire grec s'effondrera, ce qui viendra si la Grèce fait défaut généralisé sur toutes ses dettes.» (ats)

La requête de la Grèce examinée par les directeurs du Trésor

La Grèce a déposé mercredi une demande de prêt auprès du Mécanisme européen (MES) de stabilité. La demande sera examinée non par l'Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro, mais par le groupe de travail qui réunit les directeurs du Trésor, a déclaré la présidence de l'Eurogroupe. Jeroen Dijsselbloem, le ministre néerlandais des Finances et président de l'Eurogroupe, avait évoqué mardi la tenue d'une téléconférence au niveau ministériel. «Demande de soutien du MES reçue du gouvernement grec, sera traitée par l'EWG aujourd'hui», a déclaré le porte-parole de M. Dijsselbloem sur son compte Twitter. «Pas de téléconférence de l'Eurogroupe», a-t-il ajouté. Le groupe de travail Eurogroupe (Eurogroup Working Group, EWG) a notamment pour mission de préparer les réunions ministérielles.

La demande grecque porte sur un nouveau programme d'aide d'une durée de trois ans en échange de réformes, a précisé une source européenne. Avant jeudi minuit, le gouvernement grec devra faire parvenir à ses partenaires de la zone euro un programme de réformes économiques «détaillées» et «crédibles» qu'il promet de mettre en oeuvre en échange de cette aide.

La Grèce a levé 1,625 milliard d'euros de bons du Trésor à six mois

La Grèce a levé mercredi 1,625 milliard d'euros en bons du Trésor à six mois, à un taux inchangé de 2,97% par rapport à la précédente émission il y a un mois, a annoncé l'Agence de la dette grecque (PDMA).

Cette émission de bons du trésor à court terme intervient tous les mois, et s'inscrit dans le cadre du renouvellement des bons du Trésor. Avec les soumissions non-concurrentielles qui courent jusqu'à jeudi, l'agence de la dette espère lever un total de 2 milliards d'euros à six mois, l'équivalent des bons du Trésor qui doivent être renouvelés ce mois-ci.

Ton opinion