Mon meilleur souvenir: Tsitsipas-Wawrinka, mon premier grand match
Actualisé

Mon meilleur souvenirTsitsipas-Wawrinka, mon premier grand match

Tous les jours, un journaliste de Sport-Center évoque son meilleur souvenir vécu sur le terrain, en chassant pour vous les informations sportives.

par
Jérémy Santallo
Stan Wawrinka tente de consoler Stefanos Tsitsipas au filet.

Stan Wawrinka tente de consoler Stefanos Tsitsipas au filet.

AFP/Martin Bureau

Pour mon premier reportage sur un grand événement, à Roland-Garros, j'avais eu le droit à un début de quinzaine de rêve en mai dernier. À peine sorti du TGV qu'il fallait aller voir Roger Federer en vrai, pour la première fois de ma vie. J'aurais d'ailleurs pu choisir ça, comme meilleur souvenir. Mais il ne faut pas enjoliver la réalité. En vrai, la première semaine du Maître à Paris a été une promenade de santé. Il a fallu attendre le dimanche suivant pour connaître mon premier grand moment de tennis.

Sans faire injure au duel Benoît Paire - Kei Nishikori, tant attendu par le public français, le gros choc de ces huitièmes de finale fut celui entre Stefanos Tsitsipas et Stan Wawrinka. Le Grec, véritable sensation de l'Open d'Australie quelques mois plus tôt depuis sa victoire contre Roger Federer, débarquait fort d'une belle saison sur terre battue. Le Vaudois, lui, n'avait cessé les semaines avant le rendez-vous parisien de clamer qu'il était en passe de retrouver son tout meilleur niveau, après plusieurs éliminations de suite en première semaine en Grand Chelem. Il lui manquait un match référence et il allait être servi…

Dans une arène Suzanne-Lenglen pleine comme un œuf, le duel entre Stan Wawrinka et Stefanos Tsitsipas a accouché d'un petit bijou de match. Pendant 5h09' et sous un soleil de plomb qui a obligé le Suisse à se badigeonner le nez de crème solaire, les deux acteurs de ce thriller se sont livrés une bataille sans merci depuis la ligne de fond de court. Très populaire en France depuis son sacre en 2015, «Stan The Man» avait su jouer avec le public comme il sait si bien le faire. Indestructible dans la tête, il avait fini par faire péter les plombs à Tsitsipas, incapable de convertir l'une de ses huit balles de break dans le 5e set - 5/27 en tout!

Au terme d'un combat de boxe palpitant, Stan Wawrinka avait parachevé sa plus probante victoire depuis son opération au genou à l'été 2017 sur un dernier revers le long de la ligne. Le doigt sur la tempe, il venait de s'offrir un quart de finale 100% suisse face à Roger Federer. Passée la formidable impression de puissance qu'il avait laissée en bord de terrain, dans l'intimité du court No 1 48 heures plus tôt, je venais cette fois d'assister à la résurrection mentale d'un champion. Tout simplement inoubliable.

Ton opinion