Tsunami: 13 villages rayés de la carte
Actualisé

Tsunami: 13 villages rayés de la carte

Les survivants erraient mardi dans les magasins dévastés à la recherche d'eau potable et de nourriture dans la zone des îles Salomon frappée par le tsunami de lundi tandis que les premiers secours internationaux arrivaient.

Des milliers d'habitants de la commune de Gizo, dans l'extrême ouest de l'archipel ont dormi lundi soir sous des bâches ou à la belle étoile sur une colline à l'arrière de la ville après qu'un violent tremblement de terre sous-marin a déclenché un tsunami.

Au moins 20 personnes ont été tuées dans les îles Salomon et en Papouasie-Nouvelle Guinée et les responsables ont annoncé que ce bilan s'alourdirait probablement mardi lorsqu'une évaluation détaillée aura pu être faite à Gizo et dans les villages environnants où seuls quelques témoignages radiophoniques ont pu être collectés pour l'instant.

«Aujourd'hui sera un jour décisif», a déclaré le vice-commissaire de police Peter Marshall. «Je crains qu'il n'y ait d'autres décès à annoncer au fil des jours, malheureusement».

Le porte-parole du Bureau de gestion des catastrophes nationales, Julian Makaa a confirmé mardi la mort de 15 personnes dans les Îles Salomon, et une première évaluation des dommages faisait état d'»environ 916 maisons et une estimation très approximative de 5.000 personnes affectées».

Selon ABC, cinq membres d'une même famille ont été engloutis en Papouasie-Nouvelle Guinée. Il s'agit des premiers décès rapportés dans ce pays.

Selon la Croix rouge des Îles Salomon, quelque 2.000 habitants sur les 7.000 environ que compte Gizo se sont retrouvés sans abri et 500 maisons ont été détruites dans la ville. «Selon les premiers éléments d'information en provenance des autres îles, les niveaux de destruction sont similaires, voire pires ailleurs», a-t-elle ajouté.

Parmi les personnes qui ont tout perdu, seule une petite minorité dispose à peine du minimum vital et pour le plus grand nombre, la situation pourrait devenir désespérée dans les prochains jours si aucune aide ne leur parvenait, a prévenu Alex Lokopio, chef de la province ouest des îles Salomon, la plus touchée par le tsunami de lundi. (ap)

Ton opinion