Chablais valaisan - «Tu es prête à me faire quoi contre un billet de 100 francs?»
Publié

Chablais valaisan«Tu es prête à me faire quoi contre un billet de 100 francs?»

Le stage d’une employée s’est achevé d’une manière peu orthodoxe. Elle a subi des avances sexuelles de la part de son patron. Il a été condamné par la justice.

par
Fabrice Zwahlen
Harcelée par son patron, une jeune employée a refusé ses avances et a déposé une plainte auprès de la justice.

Harcelée par son patron, une jeune employée a refusé ses avances et a déposé une plainte auprès de la justice.

Getty Images/iStockphoto

Le gérant d’un magasin situé dans le Chablais valaisan a essayé d’obtenir des faveurs sexuelles de la part de l’une de ses employées, encore mineure, lors de son dernier jour d’emploi. À l’occasion de son entretien de fin d’activité, le patron a félicité la salariée pour la qualité de son travail, puis est revenu sur le sujet de la prostitution qu’il avait abordé avec elle quelques jours plus tôt.

Dans son bureau, porte fermée, l’homme lui a demandé ce qu’elle était prête à faire contre un billet de 100 fr, et qu’il n’attendait pas forcément une réponse verbale, elle pouvait simplement le «plaquer au mur». «Vous pouvez venir me voir quand vous voulez», a-t-il ajouté, devant son absence de réponse.

Choquée, l’employée de 17 ans au moment des faits, en décembre dernier, a refusé tout de go et a précipitamment quitté les lieux. Elle n’y a jamais remis les pieds.

Condamné à des jours-amendes avec sursis

Quelques jours plus tard, le directeur, désireux de recevoir des photos de son ex-collaboratrice, s’est à nouveau montré insistant, via l’application WhatsApp. Au vu du comportement de son aîné, la jeune femme a déposé une plainte.
Le 23 février dernier, le Ministère public du Bas-Valais a reconnu le gérant coupable de tentative d’acte d’ordre sexuel avec des mineurs contre rémunération et de tentative d’abus de détresse. Il a écopé de 30 jours-amende à 130 francs avec sursis durant 2 ans, ainsi qu’une amende de 700 francs. Le directeur n’a pas fait appel de cette ordonnance pénale, désormais entrée en force depuis quelques jours.

Ton opinion