Italie: «Tue-toi. Personne ne veut de toi, personne»

Actualisé

Italie«Tue-toi. Personne ne veut de toi, personne»

Une adolescente âgée de 14 ans a mis fin à ses jours après avoir reçu des insultes et des incitations au suicide sur internet.

par
joc

Elle passait tout son temps sur ask.fm, un site anonyme de questions-réponses, où elle se faisait appeler Amnesia. Dépressive, l'adolescente italienne cherchait de l'aide sur la Toile. Son copain venait de la quitter et ses problèmes à l'école s'accumulaient. Mais, au lieu de trouver du réconfort auprès des internautes, ce sont des insultes et autres incitations au suicide qui pleuvaient sur son écran: «Tue-toi», «Tu n'es pas normale, va te faire soigner. Personne ne veut de toi, personne.»

Les semaines précédant son décès, Amnesia ne parlait que de la mort et de sa fascination pour les histoires, les livres et les films traitant du suicide, relate le «Corriere della Sera». Un jour, un interlocuteur lui a demandé où elle s'imaginait vivre dans cinq ans. La jeune fille, âgée de 14 ans, lui a alors répondu: «Mais est-ce que je vivrai dans cinq ans?» Deuxième question de l'internaute anonyme: «Tu t'attends à quoi?» Réponse d'Amnesia: «A mourir». L'ado en détresse s'attirait également les foudres des utilisateurs d'ask.fm en publiant des photos de ses poignets tailladés. «J'espère qu'un de ces jours, tu couperas la veine la plus importante que nous avons sur le bras et que tu mourras», lui a lancé un internaute.

Elle s'excuse d'avoir déçu sa famille

Dimanche dernier, la malheureuse s'est jetée du toit d'un ancien hôtel abandonné, dans la province de Padoue, dans le nord de l'Italie. Ses parents étaient alors en promenade avec ses petits frères. Amnesia a laissé un mot à sa grand-mère, avec qui elle était restée à la maison. Dans sa lettre, l'adolescente s'excuse d'avoir déçu sa famille et indique le lieu de sa mort.

La procureure de Padoue a ouvert une enquête afin d'établir si la jeune fille a été victime d'incitation au suicide et de maltraitance sur la Toile. Ce n'est pas la première fois que le site de questions-réponses ask.fm, controversé en raison de la violence des propos qui peuvent y être échangés, est soupçonné d'être à l'origine du suicide d'un adolescent.

Ton opinion