Zurich: Tuerie à Vienne: le duo était déjà sous enquête
Publié

ZurichTuerie à Vienne: le duo était déjà sous enquête

Les deux jeunes arrêtés en Suisse avaient rendu visite au tueur de Vienne en juillet dernier.

par
jbm/ats
L’un des suspects lors de son arrestation le 4 novembre à Winterthour.

L’un des suspects lors de son arrestation le 4 novembre à Winterthour.

dr

Le Ministère public de la Confédération (MPC) prend en main l’enquête contre les deux jeunes de Winterthour arrêtés en lien avec l’attentat de Vienne. Seules des «questions de calendrier» et de coordination doivent encore être clarifiées.

Les deux hommes âgés de 18 et 24 ans avaient été interpellés à Winterthour après l’attaque de lundi dernier à Vienne (4 morts et 22 blessés), revendiquée par le groupe État islamique. Ils se seraient rendus en juillet dans la capitale autrichienne, où ils auraient rencontré l’auteur de l’attaque. Selon le «Sonn­tagsBlick», les deux suspects sont déjà impliqués dans deux enquêtes menées par le Ministère public de la Confédération pour des faits liés au terrorisme.

Relations floues

L’aîné, ancien footballeur dans l’équipe junior de Grasshopper, s’est converti en 2016 à la mosquée An’Nur, aujourd’hui fermée pour des affaires de radicalisme. Ce jeune homme d’origine italienne serait notamment soupçonné dans l’agression de deux fidèles du lieu de culte.

Lors de l’attaque terroriste de lundi soir dernier à Vienne en Autriche, quatre personnes ont été tuées et 22 blessées, dont certaines grièvement. L’auteur présumé a été abattu par la police. Selon le MPC, les deux Suisses arrêtés connaissaient le terroriste. Le MPC veut maintenant clarifier les relations entre ces trois hommes et comprendre comment cette connexion avec des personnes résidant en Suisse a pu se faire. Pour répondre à ces questions, le MPC va collaborer avec l’Office fédéral de la police (fedpol), le Service de renseignement de la Confédération (SRC), la justice des mineurs de Winterthour, le procureur de Zurich et également avec les autorités autrichiennes.

«Hot spot» djihadiste

Les islamistes basés à Winterthour ont souvent fait la Une des journaux. L’imam de la mosquée An’Nur a été reconnu coupable d’avoir appelé au meurtre de musulmans non pratiquants et a été expulsé vers la Somalie. La mosquée a été fermée après que plusieurs islamistes condamnés par la suite ont fréquenté ce lieu.

En septembre, l’«émir de Winterthour» autoproclamé a été condamné par le Tribunal pénal fédéral à une peine de prison de 50 mois. Il avait recruté des voyageurs du djihad de Suisse alémanique. Il était auparavant en Syrie en 2013.

Ton opinion