Une profileuse a établi le portrait-robot psychologique du tueur de Chevaline

Publié

Haute-Savoie (F)Tuerie de Chevaline: un profil mental du meurtrier existe

Le Parquet d’Annecy se dessaisit de l’affaire au profit d’un pôle spécialisé dans les «cold cases». Il s’appuiera sur le portrait-robot du criminel dressé par une profileuse britannique. 

Le 6 septembre 2012, un véhicule des pompes funèbres arrive à la Combe d’Ire pour récupérer les corps des quatre victimes.

Le 6 septembre 2012, un véhicule des pompes funèbres arrive à la Combe d’Ire pour récupérer les corps des quatre victimes.

LMS

La mystérieuse tuerie de Chevaline devient officiellement un «cold case». Le Parquet d’Annecy a décidé le 18 juillet de se dessaisir de l’affaire non résolue qui tient en haleine la région depuis septembre 2012. Un meurtrier avait alors abattu par balles quatre personnes sur un parking forestier sur les hauteurs du lac d’Annecy: un ingénieur britannique d’origine irakienne, son épouse, sa belle-mère et un cycliste établi dans la région. Seules les deux fillettes du couple avaient survécu.

La procureure d’Annecy a expliqué au «Parisien», qui révèle cette décision, que l’enquête ne se trouve pas dans une impasse, mais que le pôle «cold case», spécialisé dans les crimes en série et non élucidés, disposerait de plus de moyens et de temps pour identifier le coupable.

Peut-être un trentenaire au chômage et isolé

Il pourra notamment se baser sur le rapport d’une profileuse britannique qui, en juillet 2020, avait établi le portrait-robot psychologique du tueur après avoir lu tous les procès-verbaux, s’être entretenue avec les enquêteurs et avoir analysé la littérature criminologique sur les tueries multiples.

L’experte est arrivée à la conclusion, comme les limiers français, que la piste d’un acte local et isolé devait être privilégiée. Elle estime que le meurtrier est sans doute un homme, âgé de 30 à 40 ans, qui a agi en raison d’une motivation interne entièrement indépendante des victimes. Elle postule qu’il est sans doute au chômage ou exerce un emploi non qualifié, qu’il vit seul ou dans un cadre familial reclus, et qu’il s’agit sans doute d’un ancien militaire ou d’un individu ayant un attrait pour les armes.

Tuerie planifiée en amont

La profileuse pense qu’il a planifié et organisé la tuerie à l’avance, choisissant sciemment le parking de la Combe d’Ire, un lieu qu’il connaissait sans doute bien, où il aurait prévu d’éliminer plusieurs personnes. Pour elle, cet individu manifesterait des traits antisociaux et aurait pu faire l’objet d’un suivi psychiatrique dans sa jeunesse ou être victime d’abus, de mauvais traitement ou d’un choc sur la tête, relate le média français.

La liste des mineurs placés épluchée

Les enquêteurs avaient jugé ce travail intéressant: ils avaient requis la liste des personnes hospitalisées en Savoie et Haute-Savoie entre 2012 et 2015 et celle des mineurs et jeunes adultes placés par l’aide sociale à l’enfance dans le but de dégager un profil correspondant à ce portrait-robot.      

(jef)

Ton opinion