Genève: Turbulences autour de l'hélicoptère des HUG
Actualisé

GenèveTurbulences autour de l'hélicoptère des HUG

Les Hôpitaux universitaires genevois songent à abandonner l'exploitation de leur hélicoptère d'intervention afin de réaliser des économies. Un député s'en inquiète.

Lhélicoptère, cogéré par la Rega et les HUG, réalise 400 sorties par an.

Lhélicoptère, cogéré par la Rega et les HUG, réalise 400 sorties par an.

photo: Keystone/Martial Trezzini

«L'existence d'un hélicoptère basé à Genève, dédié prioritairement à Genève, est une question de vie ou de mort.» Interrogé par tdg.ch, le député PDC Jean-Luc Forni ne cache pas sa crainte. Il dénonce, via une question urgente écrite au Grand Conseil, la réflexion entamée par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) au sujet de l'exploitation de leur hélicoptère, qui réalise chaque année 400 interventions sur le territoire cantonal, mais aussi en France voisine et dans le canton de Vaud.

En début de semaine, le conseil d'administration des HUG a évoqué l'éventualité de ne plus gérer directement l'engin volant, aujourd'hui exploité en partenariat avec la Rega. La raison? La nécessité de limiter les dépenses. «Nous envisageons de déléguer le sauvetage entièrement à la Rega, afin d'économiser un demi-million de francs par an», confirment les HUG au site de la «Tribune de Genève».

Jean-Luc Forni craint que, si l'hôpital franchit le pas, la Rega ne centralise ses activités à Lausanne. «Le délai d'intervention passera de moins de dix minutes à plus de vingt minutes, estime-t-il. Dans certains cas, ces dix minutes de plus sont dix minutes de trop.» Le conseiller d'Etat chargé de la Santé, Mauro Poggia, se dit conscient du caractère «extrêmement sensible» du dossier et assure qu'aucune décision ne sera prise à la hâte. «Si nous y renonçons (ndlr: à l'hélicoptère), c'est que nous aurons négocié avec la Rega une autre solution valable», promet-il.

La Rega, elle, se dit prête à assurer cette mission.

(20 minutes)

Ton opinion