Internet: Twitter, drôle d'oiseau qui fête ses 10 ans
Actualisé

InternetTwitter, drôle d'oiseau qui fête ses 10 ans

Le groupe bénéficie d'un statut de pionnier mais il peine à s'étendre au-delà de sa sphère et à dégager des bénéfices.

Si les experts reconnaissent que Twitter a fait «un super boulot» en créant une nouvelle manière de communiquer, ils déplore que le réseau stagne au lieu d'être devenu omniprésent.

Si les experts reconnaissent que Twitter a fait «un super boulot» en créant une nouvelle manière de communiquer, ils déplore que le réseau stagne au lieu d'être devenu omniprésent.

photo: Keystone

Après dix ans d'existence, Twitter reste un drôle d'oiseau dans le secteur technologique, qui peine à accroître son audience et à générer des revenus malgré un statut de pionnier, inventeur d'un nouveau et puissant moyen de communication.

Depuis son lancement, il y a une décennie, le réseau social est devenu un outil indispensable pour les journalistes, activistes, célébrités et autres, mais il peine toujours à s'étendre au-delà de cette sphère de «twittos» dévoués.

Les habitués ne pourraient plus s'en passer, mais l'entreprise californienne a vu sa cote baisser à la Bourse, plusieurs de ses dirigeants quitter le navire, le nombre de ses employés réduit, et depuis sa naissance, elle n'a jamais été bénéficiaire.

Trump va-t-il sauver Twitter?

Certains analystes estiment que le réseau social va enfin prendre son envol grâce aux candidats à la présidentielle américaine qui utilisent Twitter pour être en contact direct avec les électeurs.

Le premier d'entre eux est le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump, considéré par certains comme l'emblème parfait du petit oiseau bleu : «Il n'y a qu'un seul candidat qui vit et respire Twitter, c'est Donald Trump», explique à l'AFP Trip Chowdhry, analyste chez Global Equities Research.

«Regardez le résultat : il y a huit semaines, j'aurais dit que les jours de Twitter étaient comptés, mais aujourd'hui je ne dirais plus cela», ajoute-t-il.

Un outil efficace

M. Chowdhry a tenu à souligner qu'il ne supportait en aucune manière le milliardaire, mais il veut montrer l'efficacité de l'outil Twitter pour ceux qui l'ont adopté: «C'est une entreprise qui a du potentiel. Twitter crée des rois».

Donald Trump a en effet vu ses adversaires dépenser beaucoup plus que lui dans leurs campagnes, il a même manqué un débat télévisé, mais ses diatribes fréquentes et en temps réel sur Twitter lui valent d'être suivi par près de sept millions d'abonnés.

«Je suis presque sûr que la plupart de ses supporteurs ne sont pas sur Twitter, mais ils savent ce que dit Trump sur Twitter», souligne Omar Akhtar, un autre analyste pour la firme Altimeter. «Le réseau a une vie au-delà de sa propre plateforme, mais le problème c'est qu'il ne sait pas comment monétiser cette partie».

Tweets et retweets

«Avoir du succès sur Twitter est un art et c'est très efficace», reprend M. Chowdhry.

Le réseau social aux 320 millions d'abonnés permet d'amplifier son message grâce aux utilisateurs qui peuvent donner un écho énorme aux tweets, en les retweetant par exemple. Il permet aussi d'avoir en temps réel un retour d'informations.

Ainsi, si parfois Trump peut donner l'impression de changer de position sur tel ou tel sujet, on peut voir à travers le prisme des médias sociaux qu'il ne fait qu'adapter son message en fonction des réactions observées sur Twitter, explique Trip Chowdhry.

«Le pire est passé pour Twitter»

Et à mesure que des personnalités influentes comme Donald Trump deviennent des stars de Twitter, il y a davantage de chances que leurs abonnés suivent leur exemple.

«Je pense que le pire est passé pour Twitter», estime M. Chowdry.

«Twitter a révolutionné la manière dont nous communiquons. Pour moi c'est devenu comme l'électricité ou le téléphone, c'est vraiment une part de ma vie quotidienne», estime aussi Omar Akhtar.

Twitter a fait «un super boulot» en créant une nouvelle manière de communiquer, mais il semble à présent stagner au lieu d'être devenu omniprésent, tempère de son côté Lou Kerner, de Flight Ventures Company.

«Pour relancer l'intérêt des gens, ils devraient effectuer de profonds changements, mais le problème c'est que vous ne pouvez pas faire de grosses modifications sans prendre de gros risques», souligne-t-il.

Vidéos en direct

En début d'année le réseau social a modifié en profondeur son équipe dirigeante. Le cofondateur Jack Dorsey, poussé dehors en 2008, est revenu prendre le poste de directeur exécutif.

Le jeune entrepreneur de 39 ans estime que parmi les priorités de Twitter pour cette année, il va notamment lui falloir devenir plus intuitif et progresser sur les vidéos en direct.

Le réseau a aussi effectué quelques modifications le mois dernier pour mettre en haut de son fil les «meilleurs» tweets, malgré des protestations. La possibilité de rallonger les posts, pour le moment limités à 140 caractères, a également été ouvertement évoquée. (nxp/afp)

Les 10 tweets qui ont marqué l'histoire

Le cofondateur de Twitter Jack Dorsey (@jack) envoie le premier tweet, un message automatique disant «juste en train de mettre en place mon twttr.». Le même jour, il enverra le premier véritable message : «J'invite mes collègues».

L'astronaute Mike Massimo (@astro_mike) écrit le premier tweet depuis l'espace : «En orbite: le lancement a été génial !! Je suis en super forme, travaille dur & profite des paysages magnifiques, l'aventure d'une vie a commencé».

Les fiançailles entre le prince William et Kate Middleton sont officialisées sur Twitter par le compte @ClarenceHouse : «Le prince de Galles est ravi de vous annoncer les fiançailles du prince William et de Mademoiselle Catherine Middleton». La noce sera célébrée au mois d'avril 2011.

Sohaib Athar, consultant en informatique au Pakistan tweete sur le compte @ReallyVirtual : «Hélicoptère en vol stationnaire au-dessus d'Abbottabad à 1 heure du matin (très inhabituel)». Sans le savoir, il est l'un des premiers témoins à relater le raid américain ayant conduit à la mort d'Oussama ben Laden.

En pleine campagne pour les législatives, la compagne de l'époque du président français François Hollande, Valérie Trierweiler, envoie un message de soutien à l'opposant de son ex-femme, Ségolène Royal : «Courage à Olivier Falorni qui n'a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d'années dans un engagement désintéressé». Le tweet a eu l'effet d'une bombe et été effacé dans la foulée.

Au soir de l'élection présidentielle, @BarackObama tweete «Quatre ans de plus», accompagné d'une photo de lui enlaçant son épouse Michelle en robe à carreaux rouge et blanche. Le message utilisé par plusieurs médias pour annoncer le résultat du scrutin, devient à l'époque le tweet le plus partagé de l'histoire du réseau social.

Le pape Benoît XVI introduit une institution millénaire au réseau social en créant le compte @pontifex, ensuite repris par son successeur François. «Mes chers amis, je suis heureux d'entrer en contact avec vous via Twitter. Merci de vos réactions généreuses. Je vous bénis tous de grand coeur.»

Une photo de la présentatrice Ellen DeGeneres tweetée en direct depuis la cérémonie des Oscars fait le tour d'internet en quelques minutes et sera retweetée plus de trois millions de fois, le record absolu. «Si seulement le bras de Bradley était plus long. Meilleure photo de tous les temps. #oscars», écrit la présentatrice au sujet du selfie pris par l'acteur Bradley Cooper et sur lequel apparaît une flopée de stars dont Jennifer Lawrence et Brad Pitt.

L'agence de renseignement américaine lance son compte Twitter @cia avec une bonne dose d'humour en écrivant : «Nous ne pouvons confirmer ni démentir qu'il s'agit de notre premier tweet».

L'internaute @joachimroncin lance le mot-dièse #JeSuisCharlie, accompagné du logo en lettres blanches sur un fond noir, qui deviendra un slogan international pour témoigner du soutien aux victimes de l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo.

(NewsXpress)

Ton opinion