Bourde informatique au Japon: UBS place par erreur 36 milliards de francs
Actualisé

Bourde informatique au JaponUBS place par erreur 36 milliards de francs

En difficulté sur tous les fronts, l'UBS inscrit une nouvelle page critique, qui devrait toutefois rester anecdotique.

Ses courtiers au Japon ont placé par erreur environ 36 milliards de francs en raison d'un problème informatique.

Les courtiers ont donné mardi des ordres erronés (achat et vente) pour des emprunts convertibles de Capcom Co, un groupe nippon de jeux vidéo, a indiqué mercredi la Bourse de Tokyo. Capcom produit la célèbre série de jeux de combat «Street Fighter».

Le Tokyo Stock Exchange (TSE) a reçu de l'UBS une demande d'annulation, qu'il va examiner. Selon un porte-parole du TSE, cet incident chiffré à 3000 milliards de yens aura en principe peu d'impact, car l'opération a été faite hors Bourse.

Le producteur de jeux a reçu des excuses de la part du Tokyo Stock Exchange pour les éventuels désagréments. De son côté, la grande banque a expliqué que le placement non désiré avait pour origine un problème technique de programmation.

Faute de frappe

Un problème similaire avait eu lieu en 2005 pour le courtier japonais Mizuho Securities, qui avait effectué par erreur un placement non voulu se chiffrant en dizaines de milliards de yen. Le scandale avait coûté son poste au patron de la Bourse de Tokyo.

Depuis 2007, une nouvelle règle boursière permet d'annuler des bourdes énormes de ce genre - appelées parfois en anglais métaphorique «fat finger trading mistakes» (»Le syndrome du gros doigt»). (ats)

Ton opinion