Actualisé 13.02.2015 à 09:12

Fin du taux plancher

UBS table sur une légère dévaluation du franc

Dans les douze prochains mois, le franc devrait légèrement se dévaloriser par rapport à la monnaie unique européenne, selon UBS.

Les économistes du numéro un bancaire helvétique estiment en l'état que le milieu de la fourchette de fluctuation devrait se situer autour de 1,05 franc.

Le scénario principal des analystes d'UBS prévoit de légères fluctuations autour de la parité pendant les six prochains mois pour le taux de change euro-franc. Une croissance s'appuyant sur un socle solide en Europe devrait augmenter l'attrait des placements européens tout en réduisant les risques politiques, précise vendredi la grande banque dans un communiqué.

Vendredi matin, l'euro s'échangeait contre 1,06 franc, ce qui le situe 14 centimes en dessous du cours plancher de 1,20 franc aboli le 15 janvier dernier. A son plus bas, la monnaie unique est momentanément passée sous 98 centimes, son record de faiblesse face au franc suisse.

Pour le cours de change du dollar face au franc, les économistes d'UBS prévoient des mouvements plus volatils autour de 91 centimes.

L'abandon par la Banque nationale suisse (BNS) du taux plancher devrait nettement freiner l'économie suisse, souligne par ailleurs UBS. Comme déjà annoncé, la grande banque table sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) pour l'année en cours de 0,5%, contre 1,8% précédemment.

Possible récession

Pour l'année en cours, les analystes du numéro un bancaire helvétique attendent une contribution négative à la croissance des exportations nettes. L'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux, ainsi que le tourisme devraient être particulièrement touchés par le renforcement du franc.

Les économistes d'UBS n'excluent pas la possibilité d'une contraction de l'économie pendant deux trimestres d'affilée, soit une récession technique. Pour 2016, ils confirment leurs prévisions d'une croissance de 1,1%, contre 1,7% précédemment.

La grande banque estime en outre que tant que la monnaie helvétique restera nettement surévaluée, la BNS maintiendra ses taux négatifs, ce qui diminue l'attractivité des placements en francs. Ni la Banque centrale européenne (BCE), ni la banque centrale suisse ne devraient définir de taux à court terme positifs avant 2017.

«Marasme conjoncturel»

Dans un contexte de «marasme conjoncturel», les taux à long terme devraient eux aussi rester pendant encore longtemps très bas, note UBS, même si la banque estime possible qu'ils repassent en territoire positif. Si les banques centrales britannique et américaine devaient préparer le terrain pour un relèvement de leurs taux d'intérêt au second semestre, les emprunts à la Confédération devraient à nouveau offrir d'ici à un an des rendements positifs.

Le fléchissement sur le marché du logement en propriété s'est par ailleurs poursuivi en 2014, indique UBS. La hausse des prix des appartements en propriété et des maisons individuelles a été en 2014 inférieure à sa moyenne des quinze dernières années.

Dans un premier temps, l'impact de l'abandon du taux plancher devrait être minime sur le marché de l'immobilier. Les analystes d'UBS pensent néanmoins que le cycle du logement en propriété a dépassé son sommet et que cette année, les prix devraient au mieux stagner. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!