Bonus chez UBS: UBS va présenter un rapport sur ses rémunérations
Actualisé

Bonus chez UBSUBS va présenter un rapport sur ses rémunérations

Alors que la polémique fait rage autour des salaires des managers, l'UBS va présenter à ses actionnaires le 27 novembre un rapport sur la révision de sa politique de rémunérations.

Le président de l'UBS, Peter Kurer, s'exprimera notamment sur l'éventuel remboursement des bonus accordés par le passé.

Les actionnaires de l'UBS se verront ainsi présenter un rapport sur les rémunérations, au moment où la polémique fait rage autour des salaires des managers. L'exercice sera toutefois mené à titre d'information seulement et aucune décision ne sera arrêtée à ce sujet, selon l'ordre du jour publié mercredi par l'établissement.

Marcel Ospel visé

L'hebdomadaire alémanique «Sonntagsblick» s'était déjà fait l'écho dimanche des démarches en cours visant à modifier la politique de rémunérations. L'UBS avait alors confirmé l'abolition au titre de l'année 2008 des bonus destinés à la direction générale et au président du conseil d'administration.

Avec l'inscription de la présentation d'un rapport sur la question par Peter Kurer lui-même, le numéro un bancaire suisse tente de montrer qu'il n'est pas insensible aux critiques. Un éventuel remboursement de rémunérations dites incitatives pourrait dès lors concerner, entre autres, l'ancien président Marcel Ospel.

Plan de sauvetage

Outre les bonus accordés dans le passé, le rapport évoquera également la révision des systèmes de rémunérations existants et les modifications des programmes de rémunération. L'UBS avait précisé, dimanche toujours, qu'elle envisageait de diffuser des informations à ce sujet à la mi-novembre déjà.

Au delà de cette présentation, les actionnaires se retrouveront le 27 novembre à Lucerne pour voter sur le plan de sauvetage concocté par la Confédération et la Banque nationale suisse (BNS). Il s'agit pour eux de la quatrième assemblée générale de l'année, dont la troisième extraordinaire.

Confédération actionnaire

Les actionnaires devront avaliser l'émission d'un emprunt obligataire convertible en actions en faveur exclusive de la Confédération et portant sur 6 milliards de francs. Ce volet doit permettre à l'UBS de conserver une dotation en fonds propres suffisante, malgré deux augmentations de capital cette année.

L'opération nécessite l'adjonction d'un article spécifique dans les statuts de la grande banque. Les obligations seront émises dès le 4 décembre et arriveront à échéance 30 mois plus tard, délai au terme duquel la Confédération deviendra un actionnaire majeur de l'UBS avec quelque 9% du capital-actions.

Sortie des actifs pourris

Les actionnaires se verront aussi expliquer l'autre volet du sauvetage, soit la vente de titres non liquides et d'autres actifs problématiques à un fonds contrôlé par la BNS afin de soulager le bilan de l'UBS. Ici, la transaction porte sur un montant maximum de 60 milliards de dollars (70 milliards de francs).

Mardi, l'UBS a confirmé avoir dégagé un bénéfice net de 296 millions de francs, après avoir inscrit quatre trimestres dans les chiffres rouges consécutivement. Elle a en particulier fait comprendre qu'elle comptait beaucoup sur le soutien des pouvoirs publics pour redresser sa situation. (ats)

Ton opinion