Actualisé 24.11.2008 à 14:47

Convoi présidentiel attaqué en Géorgie

UE et OTAN n'accusent pas la Russie

L'UE comme l'OTAN ont déploré lundi les tirs qui ont perturbé la veille le passage du convoi des présidents polonais et géorgien Lech Kaczynski et Mikheil Saakachvili à la lisière de l'Ossétie du Sud.

La Russie n'a cependant pas été accusée, comme l'a fait Tbilissi.

«Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé», a déclaré le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer, lors d'un point de presse avec le diplomate en chef de l'UE, Javier Solana. «Quand il y a des tirs, d'où que cela puisse venir ça n'est pas bien, et ce n'est pas dans l'esprit de l'accord» de cessez-le-feu en vigueur depuis le 12 août, a-t-il déploré.

Le diplomate en chef de l'UE, Javier Solana, s'est lui aussi borné à regretter généralement cette entorse au cessez-le-feu. Sur l'origine des tirs, il est resté prudent, indiquant attendre «des informations supplémentaires dans la journée» de la mission d'observation du cessez-le-feu en Géorgie.

La Commission européenne, bras exécutif de l'UE, s'est dite elle «très préoccupée» par les informations reçues, mais a aussi souligné «attendre plus d'informations sur ce qui s'est passé exactement».

«Le dialogue politique est la seule façon d'avancer, et les discussions de Genève sont l'endroit où parler des problèmes en suspens», a souligné une porte-parole, Christiane Hohmann.

Nouvelle provocation, pour Moscou

La présidence géorgienne a accusé des forces russes stationnées en Ossétie du Sud d'avoir ouvert le feu au passage du cortège de MM. Saakachvili et Kaczynski à la lisière de cette république séparatiste dont la Russie a reconnu l'indépendance en août.

Les forces russes «n'étaient pas heureuses de nous voir et ont réagi par ces méthodes barbares», a affirmé M. Saakachvili lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Kaczynski. Ce dernier a estimé que l'accord de paix signé le 12 août avait été «violé».

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a démenti depuis Lima que des militaires russes aient tiré sur le convoi et a accusé Tbilissi d'avoir monté une «provocation» délibérée.

Le président polonais se trouvait dimanche en Géorgie pour célébrer le cinquième anniversaire de la Révolution de la rose qui a porté au pouvoir M. Saakachvili.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!