Cyclisme: Ultimes défis de Cancellara après ses chutes à Roubaix
Actualisé

CyclismeUltimes défis de Cancellara après ses chutes à Roubaix

Le Bernois va prendre part au Tour d'Italie puis au Tour de Suisse. Avant le Tour de France et les Jeux olympiques?

Fabian Cancellara n'a pas encore dit son dernier mot. Spartacus vient certes de laisser filer ses deux classiques préférées – 2e au Tour des Flandres, 40e de Paris-Roubaix après une chute en course, puis une autre lors de son tour d'honneur –, mais il lui reste d'autres défis à relever d'ici la fin de sa carrière, programmée fin 2016.

«Cela a été deux semaines très dures, chargées émotionnellement. Je suis content qu'elles soient terminées et je me sens serein pour la suite», a-t-il relevé dimanche à Roubaix. Et la suite pour «Spartacus», c'est le Tour d'Italie dès le 6 mai. Un Giro auquel il n'a participé que deux fois jusqu'ici, en 2007 et 2009, sans signer de résultats probants.

Maillot rose

Son principal objectif sera d'enfiler au moins une fois le maillot rose de leader. Cela lui permettrait de compléter sa collection sur les grands Tours, Cancellara ayant déjà passé 29 jours en jaune sur le Tour de France et cinq jours avec le maillot «oro» (avant qu'il ne devienne rouge) sur la Vuelta.

Pour y parvenir, le Bernois sera attendu dès la 1re étape du Giro 2016, un contre-la-montre de 9,8 km dans les rues d'Apeldoorn aux Pays-Bas. Bref, une entame idéale pour un rouleur de sa trempe. «Revêtir le maillot rose sera l'un de mes derniers défis», avait relevé celui qui a de solides attaches dans la Botte, son père étant originaire des Pouilles.

Tour de Suisse

Après l'Italie, Cancellara s'attaquera à son treizième Tour de Suisse (11-19 juin). «C'est ma dernière saison, c'est pourquoi il figure à mon programme», avait-il expliqué en annonçant sa participation, précisant néanmoins que le profil de cette édition 2016 présentait une topographie trop exigeante pour lui. «Il s'annonce trop dur pour moi, je ne jouerai pas la victoire finale», avait reconnu le lauréat du Tour de Suisse 2009. Il se rabattra donc sur quelques étapes spécifiques, comme le prologue de Baar (ZG), un chrono individuel de 6,4 km.

Le reste du programme de Cancellara n'est pas encore connu. Mais il semble probable qu'il s'élance une dernière fois sur le Tour de France (2-24 juillet), et d'autant plus que la Grande Boucle s'arrête cette année chez lui, le 18 juillet à Berne. Il serait vraiment «trop bête» que le citoyen d'Ittigen, dans la banlieue bernoise, rate un rendez-vous aussi prestigieux dans sa ville et devant son public.

Et les Jeux?

La grande question sera ensuite de savoir si Cancellara participera aux JO de Rio (5-21 août). Dans un premier temps, le double médaillé des Jeux de Pékin en 2008 avait dit qu'il renonçait au grand rendez-vous de l'été au Brésil, où le parcours de la course en ligne semble davantage favoriser les grimpeurs.

Il est toutefois revenu sur sa décision en début d'année, laissant entendre qu'il pourrait malgré tout se rendre aux Jeux. «Si ça se passe bien ce printemps, Rio deviendra un objectif», avait-il assuré. Et comme son printemps s'est plutôt bien passé, on peut imaginer qu'il se lance un ultime défi olympique.

Le Bernois ne devrait pas, en revanche, participer aux championnats du monde de Doha en octobre. Même s'il n'a jamais été sacré sur la course en ligne aux Mondiaux, sa mission serait quasiment impossible sur un parcours qatari archiplat, d'ores et déjà promis à un sprinter. Et pour le contre-la-montre, il n'a plus rien à prouver dans cette discipline qui lui a déjà valu quatre titres mondiaux.

(nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion