Actualisé 31.10.2013 à 05:27

VaudUn 50 km/h fait maison donne des idées au Canton

Un inconnu a posé un faux panneau pour ralentir le trafic vers un chantier. Après l'avoir ôté, l'Etat estime qu'une réduction de la vitesse est légitime pour ces travaux.

de
Caroline Gebhard
La pose de fausses signalisations est formellement interdite.

La pose de fausses signalisations est formellement interdite.

La signalétique aura fait illusion durant des semaines. Jusqu'à mardi, un panneau limitait la circulation à 50km/h entre Dizy et Cossonay, peu avant l'entrée de cette dernière localité. Vissé sur le matériel de chantier de la société Orllati Logistique SA, qui exploite une décharge terreuse sur le bord de la route, le signal a convaincu plusieurs automobilistes de réduire leur vitesse de 30km/h.

Sauf qu'il n'avait rien à faire là. «C'était un panneau artisanal, explique Laurent Neuschwander, inspecteur cantonal de la signalisation de chantier qui s'est rendu sur place mardi. Je l'ai immédiatement enlevé.» Selon lui, sa présence était liée à «l'acte sauvage d'un habitant isolé. J'ai déjà vécu ce genre de situation où des gens estiment qu'il faut rouler à 20 km/h devant chez eux.» L'entreprise Orllati n'avait pas même réalisé que son mobilier de chantier avait ainsi été détourné.

Mais cet acte illégal a révélé un problème de sécurité sur le chantier. En s'y rendant, Laurent Neuschwander a réalisé qu'il serait judicieux de ralentir le trafic pour la durée des travaux. A 60 km/h cette fois-ci, seule abrogation autorisée en-dehors des localités: «Il y a beaucoup de camions qui sortent de cette décharge et passablement de circulation sur ce tronçon». Une proposition qui ravit Gjevgjet Orllati, directeur logistique de la société: «Si ça peut éviter les accidents, pour nous, ce n'est que du bonheur.»

Panneaux pas appropriés

Il y a autre chose qui a tapé dans l’oeil de Laurent Neuschwander: ce sont les signaux qui incitent à faire attention aux ouvriers qui bossent sur le bitume. Réservés aux travaux de la route, ils fleurissent aux abords des sorties de chantiers situés hors de la chaussée. En vente libre, les entreprises les utilisent pour sensibiliser les automobilistes mais le Canton essaie de faire changer les choses: «Dans ces cas-là, on préconise de mettre le signal «danger»», explique l’inspecteur cantonal.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!