Féminicide : Un Américain condamné à mort en Chine pour avoir tué sa compagne 

Publié

Féminicide Un Américain condamné à mort en Chine pour avoir tué sa compagne 

L’accusé avait mortellement poignardé sa petite amie chinoise en 2021, après une annonce de rupture. La justice a qualifié le crime de «sauvage et odieux». 

La condamnation à la peine capitale de citoyens de pays occidentaux est rare en Chine. 

La condamnation à la peine capitale de citoyens de pays occidentaux est rare en Chine. 

AFP

Un Américain a été condamné à mort jeudi en Chine pour l’assassinat à l’arme blanche de sa petite amie chinoise âgée de 21 ans, qui menaçait de le quitter, a annoncé un tribunal.

Au cou et au visage 

Le nombre de personnes exécutées chaque année dans le pays asiatique est un secret d’État. Mais la condamnation à la peine capitale de citoyens de pays occidentaux est rare. Le condamné, Shadeed Abdulmateen, avait rencontré sa victime en 2019 avant d’entamer avec elle une relation amoureuse, a indiqué dans un communiqué le Tribunal populaire intermédiaire de Ningbo (est), la ville où s’est déroulé le drame.

En mai 2021, la jeune femme avait annoncé à son compagnon vouloir rompre, mais ce dernier ne l’a pas accepté et a proféré contre elle des «menaces verbales», selon la même source. Le mois suivant, il lui avait donné rendez-vous un soir à un arrêt de bus, avant de la frapper mortellement au cou et au visage avec un couteau. «L’accusé Shadeed Abdulmateen a été condamné à mort pour homicide volontaire», a indiqué le tribunal, qui a fustigé une «vengeance préméditée».

«Méthode sauvage»

«Les motivations (de l’accusé) étaient sordides, son intention criminelle avérée, la méthode employée sauvage et les circonstances du crime odieuses». L’ambassade des États-Unis en Chine n’avait pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire de l’AFP.

La Chine a réduit en 2015 de 55 à 46 le nombre de crimes passibles de la peine de mort. Ceux-ci comprennent toujours le séparatisme, l’homicide volontaire, le viol et le trafic de drogue, mais excluent désormais le proxénétisme ou la contrebande d’armes. L’exécution la plus récente d’un détenteur de passeport occidental serait celle d’Akmal Shaikh, un Britannique exécuté en 2009 pour trafic d’héroïne, selon l’agence de presse officielle Chine nouvelle.

Vous avez été témoin, victime ou auteur·e de violence?

(AFP)

Ton opinion