Corée du Nord: Un Américain écope de 15 ans de camp de travail
Actualisé

Corée du NordUn Américain écope de 15 ans de camp de travail

La Corée du Nord a condamné un citoyen américain de 44 ans aux travaux forcés pour «actes hostiles» envers le pays.

A droite, ce citoyen américain a écopé de quinze ans de camp de travail en Corée du Nord.

A droite, ce citoyen américain a écopé de quinze ans de camp de travail en Corée du Nord.

Un citoyen américain, d'origine coréenne, a été condamné par la Cour suprême à 15 ans de camp de travail en Corée du Nord pour «actes hostiles» envers le régime communiste, a annoncé jeudi l'agence de presse officielle KCNA. Washington a demandé sa libération immédiate.

Selon la presse sud-coréenne, il s'agirait d'un Américano-Coréen de 44 ans, responsable d'un tour-opérateur. L'un des touristes avec qui il voyageait transportait un disque dur d'ordinateur contenant de prétendues données sensibles.

L'homme avait été arrêté le 3 novembre dans la ville portuaire de Rason (nord-est). Selon KCNA, il aurait avoué avoir «entretenu de l'animosité contre la République populaire démocratique de Corée et tenté de renverser» le régime. Toujours selon cette source, «les charges (retenues contre lui) ont toutes été corroborées par des preuves».

Monnaie d'échange?

Les Etats-Unis suivent la situation par le biais de l'ambassade de Suède à Pyongyang. Celle-ci intervient «sur les sujets impliquant des citoyens américains en Corée du Nord», car Washington ne dispose pas de représentation diplomatique dans le pays.

Selon des responsables américains, il pourrait être utilisé comme «monnaie d'échange politique» dans un contexte de vives tensions sur la péninsule coréenne depuis le troisième essai nucléaire de Pyongyang en février, et les sanctions votées dans la foulée au Conseil de sécurité des Nations unies.

«La situation diplomatique et militaire est si tendue que les Etats-Unis ne devraient pas changer radicalement leur position ni proposer de renouer le dialogue avec la Corée du Nord uniquement pour sauver ce type», estime toutefois Yang Moo-Jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes de Séoul.

Ce procédé n'est de surcroît pas nouveau: plusieurs Américains ont été arrêtés, puis remis en liberté ces dernières années en Corée du Nord. (ats/afp)

Ton opinion