Attentat de Berlin: Un ami d'Anis Amri aurait eu des liens avec la Suisse
Publié

Attentat de BerlinUn ami d'Anis Amri aurait eu des liens avec la Suisse

Un ami du djihadiste qui a fait un carnage au marché de Noël de Berlin serait aussi connu en Suisse où il a tenté de déposer un dossier de demande d'asile.

par
kün/jbm
1 / 82
Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)

Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)

AFP
La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)

La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)

AFP
Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017)

Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017)

AFP/archive

Un homme suspecté de lien avec le djihadiste qui a attaqué un marché de Noël à Berlin avait demandé dans le passé l'asile en Suisse, rapporte la «SonntagsZeitung». Ses empreintes figurent dans la base de données Eurodac.

Ce Tunisien, Bilal A., 26 ans, avait toutefois retiré sa requête, datée du 14 octobre 2014, dix jours plus tard. Il se serait enregistré en Suisse sous au moins trois fausses identités. En Allemagne, il avait utilisé quinze noms différents. Les autorités suisses ne donnent aucune information sur le cas, en raison de la protection des données.

Des discussions préparatoires

Selon la «SonntagsZeitung», Bilal A. aurait rencontré Anis Amri, le djihadiste, peu avant l'attaque du marché dans un restaurant de Berlin. Il est probable que les deux hommes aient discuté de l'attaque ou l'aient tout simplement planifiée.

Les enquêteurs auraient trouvé dans le portable de Bilal A. des photos de l'attentat du marché de Noël. L'homme aurait indiqué que ces clichés lui avaient été envoyés.

Ton opinion