«La vie d'Adèle»: Un amour d'une rare intensité
Actualisé

«La vie d'Adèle»Un amour d'une rare intensité

Palme d'or à Cannes, le long métrage d'Abdellatif Kechiche se veut bourré de réalisme et de sincérité. Notamment grâce au jeu saisissant de son héroïne.

par
Marine Guillain

«Ce film ne devrait pas sortir, il a été trop sali.» Lors d'une interview fin septembre, le réalisateur Abdellatif Kechiche a déploré la polémique sur les conditions de tournage, très tendues. Et pourtant, quelle erreur cela aurait été de priver le public de cette œuvre! Filmé sans artifices, tout y sonne juste et vrai: les premiers doutes d'une lycéenne (Adèle Exarchopoulos) sur sa sexualité. Sa rencontre avec celle qui sera son premier amour (Léa Seydoux). Leur histoire, leur complicité, leurs disputes, le désir qui les anim­e.

Si réels, les regards échangés. Tellement réalistes, les scènes d'amour. Si franches, les répliques et les attitudes. Les deux actrices ont reçu la Palme d'or, mais c'est surtout Adèle Exarchopoulos et son naturel désarmant qui crèvent l'écran. On se surprend à sourire quand elle est heureuse, à sentir une boule au ventre lorsqu'elle est triste.

«La vie d'Adèle» n'est pas une histoire traitant de l'homosexualité et de l'intolérance qu'elle insuffle parfois. C'est une histoire d'amour comme une autre: le récit d'une femme qui grandit, se cherche, se perd, se trouve... Et qui nous offre trois heures de bonheur.

Adaptation en toute liberté

Lorsqu'il découvre la BD «Le bleu est une couleur chaude», Kechiche sait qu'il a trouvé le sujet de son prochain film. L'auteure, Julie Maroh, affirme sur son site avoir «toujours eu beaucoup d'admiration pour son travail». Dès le départ, elle stipule qu'elle ne veut pas prendre part au projet, que c'est son film à lui. «Peut-être est-ce ce qui l'a poussé à me faire confiance en retour. Pour moi, cette adaptation est une autre réalité d'une même histoire. Aucune ne pourra annihiler l'autre.»

Trois questions à Adèle Exarchopoulos

– Qui est Adèle, l'héroïne du film?

– C'est une fille de mon âge qui découvre l'amour et la sexualité quand elle rencontre une photographe, incarnée par Léa Seydoux. Sa vie va changer du tout au tout grâce à cette passion dévorante.

– N'êtes-vous pas un peu lassée par le battage médiatique autour du film?

– Si, bien sûr, car c'est parti en vrille, et on finit par oublier le film dans la mêlée. C'est le résultat qui est important et les sentiments que ressentent les spectateurs. J'aimerais qu'on parle moins de polémique et plus de cinéma.

– Comment envisagez-vous l'avenir?

– J'espère tourner des tas de choses différentes avec des réalisateurs venus de tous les horizons. Je n'ai que 19 ans et, bien que je sois reconnaissante pour cette expérience, je veux penser que ma carrière ne se limitera pas à «La vie d'Adèle».

Propos recueillis par Laurent Vidal

«La vie d'Adèle»

D'Abdellatif Kechiche.

Avec Adèle Exarchopoulos

et Léa Seydoux. ****

Ton opinion