Justice – Un an de prison pour un braconnier valaisan pour un «carnage»
Publié

JusticeUn an de prison pour un braconnier valaisan pour un «carnage»

Un jeune homme sans permis de chasse a tiré sur de nombreux animaux et a agi de manière cruelle.

Le condamné appartient à une bande de douze braconniers valaisans accusée d’avoir abattu illégalement 26 animaux.

Le condamné appartient à une bande de douze braconniers valaisans accusée d’avoir abattu illégalement 26 animaux.

iStock

En Valais, un jeune braconnier vient d’être condamné à un an de prison par le Tribunal d’Entremont, à Sembrancher. Il n’avait pas de permis de chasse, pas de permis de port darmes et il a agi de manière particulièrement cruelle.

Ce Valaisan a tiré sans autorisation et hors période de chasse sur un cerf ainsi que sur plusieurs chamois et bouquetin. «Lui et ses complices ont réalisé un véritable carnage parmi la faune», souligne «Le Nouvelliste».

Exemple en décembre 2019, à 3 heures du matin. Plusieurs cerfs traversent alors la route au-dessus de Sembrancher. Le jeune homme est passager d’une voiture, à une dizaine de mètres des animaux. Il tire depuis l’habitacle. Le cerf s’effondre, se relève, puis agonisera non loin de la route durant de longues minutes. Le jeune homme a aussi égorgé une biche ou filmé l’agonie d’un chamois.

Risque de récidive

L’homme fait partie d’une bande de douze braconniers valaisans accusée d’avoir abattu illégalement 26 animaux, dont deux cerfs, un faon, onze chevreuils et six chamois entre 2019 et 2020 dans l’Entremont, le val Ferret et Gueuroz, détaille le quotidien valaisan. La plupart du temps, la viande n’a même pas été récupérée. Les onze autres prévenus seront jugés séparément.

Si le Valaisan a écopé d’une peine ferme c’est aussi à cause de son casier judiciaire lourd de deux récentes condamnations et de ses récidives. Il a en effet continué à braconner malgré deux arrestations en 2020. Il a été reconnu coupable de maltraitance envers les animaux, mise à mort avec malice, délits aux lois fédérales sur la chasse et les armes, et vol.

Son avocat a décrit son client comme «un gamin mal accepté par son père adoptif et mal-aimé, devenu un adulte pas complètement responsable de ses actes.» Le jeune Valaisan a tout de même écopé d’une peine ferme. Il devra ensuite suivre un traitement préconisé par une expertise qui parle de troubles du développement et d’un risque de récidive.

(R.M.)

Ton opinion