Bisbille à Genève: Un ancien de la BCGe traque les mauvais payeurs
Actualisé

Bisbille à GenèveUn ancien de la BCGe traque les mauvais payeurs

La politique de recrutement de l'Etat fait enrager un député genevois. Il dénonce un conflit d'intérêts.

par
Thomas Piffaretti

«Je ne doute pas des compétence de cet homme, mais son poste est sensible et il n'est pas à sa place.» A travers une Interpellation urgente écrite (IUE) déposée au Grand Conseil, le député UDC Christo Ivanov tance la gestion des ressources humaines de l'Etat. L'élu s'est en effet rendu compte qu'un ancien haut cadre de la Banque cantonale (BCGe), présent au moment de sa débâcle, dirige désormais le service des contentieux de l'Etat.

En poste depuis deux ans, le haut-fonctionnaire peut être amené à réclamer de l'argent à d'anciens débiteurs de la banque. «Je rappelle que l'Etat était partie civile dans le procès BCGe. Pour moi il y a un énorme conflit d'intérêts», tonne l'élu. Le souci des ressources humaines du Canton serait plus profond que ce seul cas particulier. «Il y a un gros problème de recrutement. Nous en discutons actuellement», reconnaît le vice-président de la commission de contrôle de gestion, le PDC Bertrand Buchs.

Contacté, l'Etat réserve sa réponse aux députés avant de communiquer. Le principal intéressé aurait été embauché justement parce qu'il est le mieux placé pour faire cracher les mauvais payeurs. Son avocat, Me Jamil Soussi, dénonce d'ailleurs un procès d'intention et rappelle qu'«un jugement, définitif sur ce point, constate que faire le lien entre mon client et la débâcle de la BCGe constitue une atteinte illicite à sa personnalité».

Reste que suivant la position de l'Etat dans ce dossier, «on pourrait demander des compléments», prévient Bertrand Buchs.

Ton opinion