Actualisé 06.07.2015 à 15:47

JuraUn ancien hôtel pour héberger les migrants

Dans la foulée de plusieurs cantons, le Jura doit à son tour augmenter ses capacités d'accueil pour faire face à l'afflux croissant de requérants d'asile.

Un ancien hôtel à Porrentruy (JU) sera utilisé pour héberger des migrants. Le Jura doit à son tour augmenter ses capacités d'accueil pour faire face à l'afflux croissant de requérants d'asile.

L'année dernière à la même époque, 570 personnes étaient accueillies dans le Jura, a indiqué lundi l'Association jurassienne d«accueil des migrants (AJAM). Aujourd'hui, près de 700 personnes sont placées dans les centres et structures de l'institution, soit une augmentation de près de 25%. Et pour ces prochains mois, la Confédération n«annonce pas de renversement de la tendance.

Pour le seul mois de juin, l'AJAM a accueilli 40 requérants d'asile supplémentaires contre 15 deux mois auparavant. Aujourd'hui, les structures d'hébergement de l'AJAM sont totalement saturées. L'institution loue actuellement 170 appartements dans tout le canton, sont une cinquantaine seulement dans le district de Porrentruy.

Pas dans des abris PC

L'AJAM, mandatée par le canton pour l'hébergement et l'encadrement des requérants, considère les abris de la protection civile (PC) comme une solution humainement insatisfaisante et de surcroît très onéreuse. Mais comme mesure d'urgence, elle ne l'exclut pas pour faire face à l'afflux actuel. L'organisation examine encore d'autres possibilités.

Dans l'immédiat, l'AJAM a donc décidé de louer l'ancien Hôtel du Jura, à Porrentruy. Selon elle, cet emplacement s'avère idéal tant du point de vue de sa centralité, de son insertion dans un milieu bâti et vivant, favorisant ainsi une approche sociale.

Emplacement central

L'AJAM souligne aussi la proximité des services publics, des transports publics et des autorités de police municipale. Des aménagements légers seront effectués afin que cette nouvelle structure d'accueil puisse être opérationnelle dès que possible.

Cette structure hébergera une quarantaine de migrants en cours de procédure et éventuellement quelques femmes avec des enfants en bas âge. Il s'agira d'une structure de deuxième accueil. Auparavant, toutes les personnes concernées auront été hébergées quelques mois dans le centre de premier accueil de l'AJAM à Belfond (Goumois).

Collaboration avec les autorités

Avant de signer le contrat de bail avec les propriétaires de l'ancien Hôtel du Jura, la direction de l'AJAM a tenu à rencontrer les représentants des autorités communales de Porrentruy. Elles ont été informées des conditions dans lesquelles cette structure sera organisée. Le Conseil municipal a donné un préavis favorable à l'ouverture de cette structure.

L'encadrement des migrants hébergés à Porrentruy sera réalisé par une présence permanente des collaboratrices et collaborateurs de l'AJAM. En outre, la surveillance nocturne de la structure sera assurée 7 jours sur 7 par des veilleurs. En cas de problème avec des résidents de la structure, l'AJAM a confirmé que les personnes concernées seraient immédiatement déplacées.

Mesures dans d'autres cantons

Récemment, quatre autres cantons romands ont annoncé qu'ils ouvraient des structures d'hébergement d'urgence. Vaud a ainsi rouvert l'abri de protection civile du Mont-sur Lausanne, Neuchâtel a rouvert l'abri de protection civile des Perveuils, à La Tène, Fribourg a ouvert les abris PC de Châtillon, à Posieux, et le Valais a rouvert une unité d'accueil provisoire sur la commune de Vex.

Dans le canton de Berne, 60 à 80 requérants pourraient être installés à Ringgenberg, au bord du lac de Brienz. L'Armée du salut a proposé au canton de mettre à disposition son ancienne maison de vacances comme hébergement d'urgence, a indiqué lundi la Direction de la police et des affaires militaires.

Les autorités communales doivent encore se prononcer au milieu de la semaine et une séance d'information à la population est prévue. En juin, le canton a tenté d'ouvrir des installations de protection civile pouvant accueillir au total 500 personnes dans cinq communes, mais elles ont toutes refusé. (ats)

Hébergement de requérants en appartements: recours

En Argovie, une bataille juridique oppose depuis plus d'un an la commune d'Aarburg au canton concernant le logement de requérants d'asile dans deux immeubles locatifs. Les autorités communales a annoncé lundi qu'elle faisait recours au Tribunal fédéral (TF) contre le feu vert du canton.

Déboutée par le Tribunal administratif argovien, la commune se dit toujours persuadée que les deux immeubles ne peuvent être utilisés comme site d'hébergement de requérants d'asile, sans permis d'exploitation valable. En raison de sa grande capacité, un tel site n'a rien à faire dans une zone d'habitation et ne respecte pas le plan de zones, écrit l'exécutif d'Aarburg.

Le canton a loué en 2014 deux immeubles de 14 appartements pour y loger 90 requérants d'asile. La commune a alors prononcé une interdiction d'utilisation de ces immeubles. Le département cantonal des constructions, puis le Tribunal administratif ont débouté les autorités communales.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!