Actualisé 29.05.2013 à 23:08

Coupe de FranceUn ancien junior servettien en finale

Kévin Bérigaud disputera demain le match de sa vie à Paris. L'attaquant d'Evian-Thonon-Gaillard a été formé au SFC.

von
Robin Carrel
Veigy
Le joueur (à dr.) défiera Bordeaux pour faire triompher les couleurs et l'esprit haut-savoyards.

Le joueur (à dr.) défiera Bordeaux pour faire triompher les couleurs et l'esprit haut-savoyards.

«Ce garçon est un symbole. Il a franchi toutes les étapes chez nous. Kévin est révélateur de l'état d'esprit de la Haute-Savoie.» Les louanges ne viennent pas de n'importe qui: elles sortent de la bouche de Patrick Trotignon, qui l'a connu du temps où lui était président du Servette FC, tandis que l'attaquant y faisait ses classes chez les juniors.

«On ne pensait pas aller au Stade de France un jour, se réjouit le Haut-Savoyard de 25 ans. C'est magnifique pour ce groupe, parce qu'on ne le revivra peut-être jamais.» Kévin Bérigaud sait de quoi il parle, lui qui est arrivé à l'ETG à tout juste 18 ans, alors que le club végétait en CFA (4e division). Samedi matin au réveil, en cas de succès face à Bordeaux, la formation de Pascal Dupraz sera qualifiée pour l'Europa League.

En compagnie du gardien Johann Durand, qui a fêté sa première titularisation en L1 dimanche dernier, le buteur est le seul «régional de l'étape» dans le contingent évianais. «C'est une fierté, lance-t-il. D'un côté c'est facile (ndlr: il habite encore chez ses parents), d'un autre moins. Beaucoup de gens sont derrière moi et ça me met plus de pression. Depuis la victoire face au PSG en quart de finale, on a commencé à beaucoup m'en parler. Et chaque jour c'est pire.»

Nombreux sont les amis de Bérigaud à lui demander des places pour le Stade de France. «Mais ce n'est pas un problème. J'ai en revanche beaucoup de mal à satisfaire la demande de maillots», se marre-t-il.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!