Belgique: Un ancien ministre accusé de viol se suicide
Actualisé

BelgiqueUn ancien ministre accusé de viol se suicide

Steve Stevaert, l'une des figures politiques les plus populaires de Flandre à la fin des années 1990, a mis fin à ses jours jeudi peu après que la presse révélait qu'il allait être jugé pour viol.

Le corps sans vie de l'homme politique belge a été retrouvé dans un canal. (photo: AFP)

Le corps sans vie de l'homme politique belge a été retrouvé dans un canal. (photo: AFP)

«Nous sommes tous aujourd'hui très affectés et désemparés par la perte bien trop prématurée de Steve», a indiqué le Parti socialiste flamand SPA sur son site internet. Le corps de l'ancien ministre régional des Transport de la Flandre et président du SPA a été retrouvé par des plongeurs de la protection civile en fin d'après-midi dans le canal reliant Anvers à Liège, à proximité de son domicile d'Hasselt (nord-est), le chef lieu de la province néerlandophone du Limbourg.

La veste et le vélo de l'ancien homme politique avaient été retrouvés quelques heures plus tôt sur les berges du canal, déclenchant une vaste opération de recherche. Selon le quotidien régional «Het Belang Van Limburg», Steve Stevaert, âgé de 60 ans, avait laissé une lettre d'adieu.

Steeve Stevaert avait ouvert un café à Hasselt au début des années 1970 avant de connaître une carrière politique fulgurante. Bourgmestre (maire) d'Hasselt en 1995, il s'était rendu célèbre en Flandre deux ans plus tard en décidant la gratuité des transports en commun de sa ville.

Retrait de la politique en 2011

Il fut ensuite ministre des Transports de la Flandre, de 1999 à 2003, puis président du Parti socialiste flamand entre 2003 et 2005, alors au pouvoir, avant de devenir en 2005 gouverneur de la province du Limbourg, un poste plus en retrait. Il s'était retiré de la vie politique en 2011.

Le 24 mars, la justice belge a décidé de renvoyer l'ancien responsable socialiste devant le tribunal correctionnel pour des faits de viol et d'attentat à la pudeur, a indiqué jeudi le parquet de Bruxelles, confirmant une information du quotidien économique «De Tijd».

Les faits se sont déroulés en septembre 2010 à Bruxelles, mais la victime n'a porté plainte que trois ans plus tard, a précisé le parquet, qui avait jusque-là observé la plus grande discrétion sur cette affaire.

Selon l'agence Belga, Steve Stevaert aurait, durant l'enquête, laissé entendre qu'il pourrait commettre un «acte de désespoir» si l'affaire était révélée par la presse.

Les faits ont eu lieu après l'enregistrement d'un débat sur la sexualité à la télévision flamande où Steve Stevaert et la jeune femme étaient invités, selon Belga. Lors de l'enquête, M. Stevaert a reconnu avoir entretenu une relation sexuelle avec elle, affirmant toutefois que la jeune femme était consentante, selon la même source.

(afp)

Ton opinion