Fraude: Un apprenti du SAN établissait des faux permis
Actualisé

FraudeUn apprenti du SAN établissait des faux permis

Le Service vaudois des automobiles (SAN) a été victime d'un fraudeur: un apprenti de première année a octroyé des permis de conduire à des conducteurs sans passage par l'examen nécessaire.

Trois Serbes ont bénéficié de ces fraudes. L'auteur, un Suisse de 24 ans, a reconnu les faits et a été inculpé.

Les faits ont été mis au jour début août suite à un contrôle interne, lors du traitement d'une demande de permis de conduire, a précisé mardi la police cantonale vaudoise. Une collaboratrice du SAN a découvert que le conducteur avait obtenu un permis pour une nouvelle catégorie sans passer l'examen nécessaire. Des recherches complémentaires ont montré que deux autres conducteurs avaient également bénéficié de cette supercherie.

A la demande de la cheffe du département de la sécurité et de l'environnement, le chef du SAN a immédiatement dénoncé cette situation au juge d'instruction de l'arrondissement de Lausanne qui a ouvert une enquête pénale le 12 août dernier.

Les premières investigations ont montré que ces permis avaient été établis par un ancien apprenti de commerce dont le contrat a été résilié à fin juillet dernier pour avoir échoué aux examens. L'auteur et les trois bénéficiaires ont été interpellés par la police de sûreté à leur domicile dans la région lausannoise le 20 août dernier.

Inculpé de faux dans les certificats

Le jeune homme, un Suisse de 24 ans, a reconnu les faits et les enquêteurs ont également trouvé des formules de permis de circulation vierges à son domicile. Il a été inculpé de faux dans les certificats. Quant aux trois conducteurs, des ressortissants serbes âgés de 22 à 46 ans, ils se sont vus retirer leur permis de conduire.

L'apprenti avait aussi enregistré une attestation pour participation aux cours de premiers secours à un jeune collègue apprenti du SAN qui n'a pas pu prouver qu'il avait suivi cette formation. Ce jeune Suisse de 20 ans a également été interpellé et entendu par les enquêteurs du groupe recherche véhicules volés (GRVV) de la police de sûreté le lundi 25 août. Toutes ces personnes ont été relaxées au terme des opérations d'enquête.

La direction du SAN a pris différentes mesures internes, et après avoir été entendu par le chef du SAN, le deuxième collaborateur a démissionné ce matin avec effet immédiat. L'enquête pénale se poursuit afin de déterminer si d'autres personnes ont bénéficié de fraudes. (ap)

Ton opinion