Vaud: Un apprenti sur quatre casse son contrat avant terme

Publié

VaudUn apprenti sur quatre casse son contrat avant terme

Les commissaires professionnels sont chargés de soutenir les employés en formation pour prévenir le décrochage. Mais ces surveillants seraient débordés.

En cas de problème, les jeunes formés ont la possibilité de demander de l’aide auprès des commissaires professionnels.

En cas de problème, les jeunes formés ont la possibilité de demander de l’aide auprès des commissaires professionnels.

Photo: Nicole Pont/ BAZ

Ils capitulent avant la fin de leur contrat d’apprentissage. Ces cas de figure concernent 25% des employés en formation dans le canton de Vaud, alors que la moyenne nationale se situe 5% en deçà de ce résultat. Le constat est inquiétant, d’autant plus que les jeunes qui optent pour des apprentissages à la sortie de l’école obligatoire sont en minorité. Les causes de ce décrochage avant la fin du contrat sont nombreuses: échecs scolaires, horaires de travail, conflits au sein de l’entreprise ou encore harcèlement en tous genres, la liste est longue.

En cas de problème, les jeunes formés ont la possibilité de demander de l’aide auprès des commissaires professionnels. Toutefois, ces derniers ont à leur charge plusieurs centaines de jeunes et sont débordés, lit-on dans les colonnes de «24 heures». Mais ce n’est pas tout. Selon le président du PS vaudois, Romain Pilloud, ces jeunes, parfois âgés de quinze ans, n’osent pas toujours s’adresser aux surveillants, qui «entretiennent des liens trop étroits avec les patrons». En conséquence, «les apprentis pourraient s’exposer à des retombées négatives en alertant leur commissaire», ajoute le socialiste.

(thc)

Ton opinion

65 commentaires