Actualisé 05.03.2012 à 23:21

BasketballUn Argovien star de la ligue pro philippine

Méconnu en Suisse, Michael Burtscher est l'une des valeurs sûres de la PBA. Il occupe depuis trois ans le poste d'ailier au sein des prestigieux Alaska Aces.

von
Marc Fragnière
Michael Burtscher s'est fait un nom avec les Alaska Aces

Michael Burtscher s'est fait un nom avec les Alaska Aces

Ancien joueur de LNB avec les Zurich Wildcats, l'ex-junior d'ABB Baden s'est fait un nom du côté de Manille. Double national helvético-philippin, celui qui avait défendu les couleurs des sélections suisses juniors vit un rêve éveillé, à 27 ans: «C'est quelque chose de formidable de pouvoir être joueur professionnel aux Philippines. Ce n'est pas comme en Suisse. Ici, on peut se concentrer uniquement sur le jeu. Quatre heures d'entraînement suivies d'une séance de fitness et éventuellement d'un footing composent ma journée. Il faut être au mieux de sa forme, car le jeu est plus rapide et aussi plus physique qu'en Suisse.»

Show-biz local

Alors que le salaire moyen dans l'archipel tourne autour des 7000 pesos (150 fr.), un basketteur pro touche entre 100 000 et 800 000 pesos l'an. «On fait pour ainsi dire partie du show-biz local», rit Michael Burtscher au bout du fil.

A Makati (banlieue de Manille), l'Argovien savoure sa revanche. Perdu pour l'élite en 2008 après avoir été victime d'une grave blessure au genou gauche (ligaments interne et croisé déchirés et arrachement du ménisque), il était passé par tous les états d'âme. Sans le sou alors qu'il évoluait dans des ligues mineures de l'archipel, il avait été opéré gratuitement par un chirurgien qui avait eu vent de sa situation.

Téléopérateur

En réhabilitation, Burtscher gagnait sa croûte comme télé­opérateur. Il a alors décidé de tenter le tout pour le tout en s'inscrivant à la draft de la PBA en 2009. «J'ai fait bonne impression lors du camp des rookies, mais je ne m'attendais pas à être drafté au premier tour (6e choix). A l'annonce de ma sélection, j'ai pleuré et remercié Dieu. Mon rêve était devenu réalité», se souvient ce chrétien engagé.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!