Irak: Un attentat au camion piégé fait 12 morts

Actualisé

IrakUn attentat au camion piégé fait 12 morts

Un attentat suicide au camion piégé a tué neuf personnes lundi au nord de Bagdad. 271 personnes ont péri dans des attentats le mois dernier dans le pays.

La situation sécuritaire est d'autant plus préoccupante que l'Irak doit organiser des élections provinciales dans 12 de ses 18 provinces dans moins de trois semaines.

L'attentat s'est produit à Tikrit, une ville située à environ 160 kilomètres au nord de Bagdad. A 8h40 (7h40 en Suisse), un kamikaze au volant d'un camion citerne bourré d'explosifs a déclenché sa charge juste devant le quartier général de la police municipale.

Outre les onze tués, la déflagration a blessé 59 autres personnes, dont 56 policiers, selon des sources médicales et de la sécurité de la province de Salaheddine. L'attentat n'a pas été revendiqué mais les groupes de rebelles sunnites proches d'Al-Qaïda redoublent d'efforts pour affaiblir le gouvernement dominé par la majorité chiite.

Regain de violences

Les violences ont augmenté ces dernières semaines en Irak. En mars, 271 personnes sont mortes et 906 autres ont été blessées dans des attentats et des assassinats ciblés à travers le pays, selon des données fournies à l'AFP par des sources médicales et des forces de sécurité.

Cette flambée de violences survient à l'approche des élections provinciales du 20 avril. Les insurgés ont d'ailleurs fait irruption dans la campagne. Onze candidats, tous sunnites, ont péri dans des attentats depuis le début de la campagne.

Plus généralement, les régions de l'ouest et du nord, où les sunnites sont majoritaires, sont secouées depuis trois mois par de gigantesques manifestations.

S'y côtoient les mots d'ordre appelant au départ du premier ministre chiite Nouri al-Maliki et ceux réclamant la fin de la «marginalisation» dont les sunnites s'estiment victimes. Préoccupé par l'insécurité qui y règne, le gouvernement a reporté le scrutin sine die à Anbar et Ninive, deux provinces à majorité sunnite.

Ex-chef d'Al-Qaïda exécuté

L'Irak a annoncé lundi l'exécution de quatre membres d'Al-Qaïda, dont l'ancien responsable du réseau pour Bagdad, portant à 22 le nombre de mises à mort dans le pays depuis le début de l'année. En 2012, Bagdad a procédé à 129 exécutions.

«Ces terroristes ont été exécutés par pendaison. Ils ont perpétré des attaques criminelles contre le peuple irakien, notamment à Bagdad et d'Anbar», a précisé le ministère de la Justice.

Le chef d'Al-Qaïda pour Bagdad, Manaf Abdel Rahim al-Rawi avait été arrêté en mars 2010. Il aurait supervisé les attentats contre les ministères irakiens des Finances et des Affaires étrangères en août 2009, qui avaient tué 106 personnes et fait 600 blessés (afp)

Ton opinion