Afghanistan - Kaboul: Un attentat suicide fait au moins six morts
Actualisé

Afghanistan - KaboulUn attentat suicide fait au moins six morts

Un attentat suicide près du QG de l'Otan à Kaboul a fait au moins six morts et cinq blessés samedi, en majorité de jeunes marchands ambulants.

L'attentat s'est produit peu avant des cérémonies officielles marquant le onzième anniversaire de la mort du commandant Massoud, héros de la résistance anti-soviétique puis anti-talibans tué par des kamikazes d'Al-Qaïda le 9 septembre 2001.

L'explosion a retenti dans la zone verte («green zone»), le quartier dans lequel sont situées la plupart des ambassades, peu après la fin d'un discours du premier vice-président Mohammad Qasim Fahim devant des centaines de dignitaires sur la mort de Massoud.

Cette attaque, la troisième dans la capitale cette année, démontre la difficulté, voire l'impossibilité de sécuriser complètement la capitale pour les forces de sécurité afghanes. Les entrées de la zone verte, qu'entourent de hauts murs en béton, sont gardées par des policiers afghans en arme. La police et les sociétés de sécurité privées en charge du site ont fermé le périmètre de l'attentat, qui s'est produit près du QG de l'Isaf, la force armée de l'Otan, de l'ambassade d'Italie, et d'un bâtiment hébergeant une fondation en l'honneur de Massoud, a constaté un journaliste de l'AFP.

«C'était un attentat suicide qui a tué six personnes et en a blessé cinq autres», a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Sediq Sediqqi à l'AFP. Une source sécuritaire occidentale a confirmé l'attaque, mais a fait fait part de 4 ou 5 morts. Un responsable policier, sous couvert d'anonymat, a confirmé le bilan donné par M. Sediqqi. «C'est une charge que portait un jeune enfant. La plupart des victimes sont des enfants qui se rassemblent autour de l'Isaf pour vendre des objets aux soldats arrivant ou quittant la base», a-t-il expliqué.

Le général général Ayub Salangi, chef de la police de Kaboul, a confirmé les quatre mort. «Un garçon de 16 ans, à pied, s'est fait exploser, tuant quatre personnes et en blessant deux, toutes civiles. Il y a des enfants parmi les victimes», a-t-il estimé. Un porte-parole de l'Isaf a indiqué être au courant d'une explosion, ajoutant qu'il n'y avait «pas de victime côté Isaf» et que «l'enceinte de l'Isaf est sûre».

«Beaucoup d'étrangers ont été tués»

Les talibans, via leur porte-parole Zabiullah Mudjahid, ont revendiqué l'attentat, qui selon eux visait «des responsables de la CIA à Kaboul». «Beaucoup d'étrangers ont été tués, mais je ne sais pas combien encore», a commenté M. Mudjahid.

Les insurgés, qui souvent exagèrent les pertes qu'ils infligent à leurs ennemis, se battent contre la coalition de l'Otan, qui les a chassés du pouvoir fin 2001, et contre les forces de sécurité afghanes, que l'Isaf soutient. Malgré la présente de quelque 120.000 soldats étrangers, qui soutiennent plus de 340.000 soldats et policiers afghans, les rebelles, dont les attentats suicides et la pose de bombes artisanales constituent le principal mode opératoire, n'ont toujours pas été défaits.

Bien qu'ayant subi des pertes lourdes, ils semblent au contraire contrôler toujours plus de territoires. Les civils sont les principales victimes du conflit afghan. Plus de 3.000 d'entre eux ont péri des suites de la guerre l'an passé. D'après l'ONU, 1.145 civils ont péri lors du premier semestre 2012, dont 80% à cause des talibans.

Le commandant Massoud, l'un des principaux moudjahidines à avoir combattu les soviétiques après que ceux-ci eurent envahi l'Afghanistan fin 1979, a été l'un des fers de lance de la lutte de l'Alliance du nord contre les talibans lors de la guerre civile ayant frappé le pays dans les années 1990. Il a été tué par des membres d'Al-Qaïda qui s'étaient fait passer pour des journalistes. (afp)

Ton opinion